Android : Google n’enverrait plus de mises à jour de sécurité à plus d’un milliard de smartphones

CYBERSÉCURITÉ Plus de 40 % des smartphones dans le monde tournent avec une version d'Android 6.0 ou inférieur et ne reçoivent pas les mises à jour de sécurité

20 Minutes avec agence

— 

Illustration Google.
Illustration Google. — Yichuan Cao/Sipa USA/SIPA

Alors que Google s’apprête à lancer Android 11, la nouvelle version de son système d’exploitation, de nombreux smartphones tournent encore avec de vieilles versions de l’OS. Une situation qui pose problème, car ces appareils ne recevraient plus de mises à jour de sécurité.

Cette obsolescence des smartphones et autres tablettes est préjudiciable aux utilisateurs, alerte une étude réalisée par Which. Le magazine britannique spécialisé dans le droit des consommateurs a consulté les statistiques fournies par Google sur l’état de ses OS, rapporte Presse-Citron.

42,1 % des appareils dépassés

Selon l’enquête, 42,1 % des smartphones actifs dans le monde tournent avec Android 6.0 ou une version inférieure de l’OS. Des versions qui ne sont plus concernées par les patchs de sécurité de Google, qui n’en publie que pour Android 7.0 Nougat et versions ultérieures.

Cela signifie, selon les calculs de Which, que plus d’un milliard d’appareils dans le monde ne sont plus bien protégés en matière de cybersécurité. Les utilisateurs sont donc potentiellement exposés « à des logiciels malveillants, à la perte de données et à des cyberattaques », explique le magazine.

Les constructeurs sont lents

Interrogé par Which, Google a précisé que ce défaut ne touchait pas les smartphones Pixel et Nexus, construits par le géant américain. Mais si Google est prompt à effectuer les mises à jour sur ses appareils, d’autres constructeurs peuvent prendre beaucoup plus de temps, voire ne jamais les mettre en place.

Dans ce cas, la firme de Mountain View n’est pas responsable. Mais Google essaie quand même, grâce à la mise en place d’une nouvelle architecture depuis Android 9, de faciliter le travail des constructeurs et développeurs afin que l’implémentation des mises à jour soit le plus rapide possible.