Réforme des retraites : « Le nouveau son de MC Mélenchon » remixé par le youtubeur Khaled Freak

YOUTUBE Le youtubeur marseillais a remixé un discours de Jean-Luc Mélenchon sur la réforme des retraites pour en faire une chanson autotunée

H. B.

— 

Jean-Luc Mélenchon continue de se mobiliser contre la réforme des retraites.
Jean-Luc Mélenchon continue de se mobiliser contre la réforme des retraites. — I. Harsin / SIPA

La mobilisation contre la réforme des retraites a visiblement inspiré l'artiste Khaled Freak. Connu pour ses remix de discours de personnalités politiques, le youtubeur marseillais a dévoilé vendredi soir sur les réseaux sociaux sa toute dernière création. Un clip reprenant un discours de Jean-Luc Mélenchon transformé en chanson, avec une bonne dose d’auto-tune et d’effet vocodeur, qu’il a lui-même qualifié « de nouveau son de MC Mélenchon ».

Le youtubeur s’est inspiré d’un discours du leadeur de La France Insoumise sur la réforme des retraites, prononcé le 13 janvier lors d’une visite chez les grévistes d’un dépôt de bus à Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne.

« JLM, rappeur du piquet de grève de Vitry »

Jean-Luc Mélenchon a fait savoir directement sur Twitter qu’il était fan. « Woooo ! “Non c’est Non”,@KhaledFreak vient de sortir un remix de clash ! Un message clair pour #Macron ! Je pose un pouce bleu immédiatement. JLM, rappeur du piquet de grève de Vitry », a twitté le patron de La France insoumise.

Ce n’est pas la première fois que le youtubeur met en chanson les paroles d’un discours du député LFI des Bouches-du-Rhône. En janvier 2017, il avait déjà remixé un discours du leader de La France insoumise prononcé à Tourcoing, dans lequel il avait notamment lancé la phrase « Le problème c’est celui de ceux qui se gavent ». Le clip remixé avait cartonné sur YouTube, totalisant plus de deux millions de vues en quelques mois.

Mais le plus grand tube de Khaled Freak reste « La Poudre de perlimpinpin » d’Emmanuel Macron, lors du débat de l’entre-deux tours de l’élection présidentielle avec Marine Le Pen.