Google Assistant : Les utilisateurs pourront refuser que leurs conversations soient écoutées

ASSISTANT VIRTUEL L’option d’écoute et d’analyse des conversations échangées avec Google Assistant ne sera plus activée par défaut

Jennifer Mertens

— 

Google Assistant : les utilisateurs pourront refuser que leurs conversations soient écoutées
Google Assistant : les utilisateurs pourront refuser que leurs conversations soient écoutées — Geeko

Il y a quelques semaines, on apprenait que les entreprises à la tête d’assistants virtuels telles qu’Amazon avec Alexa, Apple avec Siri, Microsoft avec Cortana et même Facebook avec les dictées sur Messenger, enregistraient les conversations de leurs utilisateurs et les faisaient analyser par des sous-traitants. Des révélations qui avaient évidemment fait grand bruit et auxquelles n’avaient pas échappé Google et son assistant vocal.

Après ces révélations, la plupart des entreprises ont mis leur programme en pause afin de mettre au point un cadre à leur programme d’écoute. Sur son blog, Google indique avoir fait des efforts pour clarifier la manière dont les enregistrements audio de Google Assistant étaient stockés et dans quelles mesures ils l’étaient. Désormais, les utilisateurs seront mieux informés à propos de ce à quoi ils s’exposent en utilisant Google Assistant.

Ils auront également le choix d’adhérer ou non à la procédure d’écoute. L’option ne sera pas activée par défaut. Évidemment, Google a tout de même souligné l’intérêt de ses écoutes pour l’amélioration de son assistant personnel.

Plus ou moins sensible

Les révélations concernant l’enregistrement et l’écoute des conversations échangées avec Google Assistant ont également permis de mettre en lumière la sensibilité accrue de l’assistant personnel. Celui-ci se déclenchait relativement souvent par erreur, assimilant certains mots comme sa phrase de réveil, Ok Google, et enregistrant des conversations parfois très personnelles.

Pour pallier le problème, Google a annoncé que les utilisateurs pourront ajuster la sensibilité de la détection des mots-clés de Google Assistant. Ainsi, ils pourront décider de diminuer la sensibilité de l’assistant personnel et devront clairement dire Ok, Google pour que celui-ci s’active. Une manière d’éviter qu’il se réveille en disant d’autres mots y ressemblant.

Enfin, Google assure que la « grande majorité » de l’historique des activités vocales et audio de ses utilisateurs sera automatiquement supprimée au bout de quelques mois.