Après pain au chocolat ou chocolatine, la prononciation du mot « persil » divise

DEBAT Selon la région où vous vivez en France le mot « persil » ne se prononce pas de la même manière. Y en a-t-il une bonne ? Mathieu Avanzi, linguiste, nous a répondu.

Marie De Fournas

— 

Selon les régions de France le mots persil ne se prononce avec ou sans L à la fin.
Selon les régions de France le mots persil ne se prononce avec ou sans L à la fin. — tegrafik / Pixabay

Team persil ou team persi ? En 2017, deux grands débats enflammaient les réseaux sociaux : Marine Le Pen face à Emmanuel Macron aux présidentielles et l’appellation «pain au chocolat» ou «chocolatine». Deux ans plus tard, il se pourrait qu’un nouvel aliment enflamme à nouveau les réseaux sociaux et divise la France : le persil.

« Fav si tu dis #persi, retweete si tu prononces le l à la fin #persil perso #TeamPersiL », a écrit sur Twitter ce mercredi le linguiste Mathieu Avanzi. Ce dernier est l’auteur du livre « Atlas du français de nos régions », qui s’intéresse à la variation des mots, prononciations et tournures selon les territoires français. Dans son tweet il a accolé une carte de France montrant que globalement, on ne prononce pas le L de la petite plante verte en Normandie, Ile-de-France, Centre-Val de Loire, Bourgogne Franche-Comté et Grand-Est. Ces zones sont colorées en violet lorsque le L n’est majoritairement pas prononcé et en blanc lorsque les habitants sont partagés. En revanche, dans les autres régions, colorées en vert, persil se prononce comme il s’écrit.

« Persi c’est encore pire que chocolatine »

Ce jeudi après-midi, c’était pour l’instant la prononciation avec le L à la fin qui remportait un peu plus de succès chez les internautes, souvent très étonnés que l’on dise autre chose ailleurs. « Chez moi, c’est presque persileuh » indique une d’entre elles. « Persil dans le sud-ouest, jamais entendu sans le L », assure une seconde. « [Persi] c’est encore pire que chocolatine », commente un internaute sur le site Reddit, tandis qu’un second s’interroge : « Qui sont ces barbares qui ne prononcent aucun L ? ». « Je ne savais même pas qu’en France certains omettaient le L final. Quelle tristesse », déplore un dernier.

Certains refusent de prendre parti : « Je dis tantôt l’un, tantôt l’autre ». D’autres, plus rebelles, proposent une troisième prononciation : « J’habite dans la zone verte et j’ai beaucoup entendu persille ([ille] comme fille) ». « C’est intéressant parce que persille est une prononciation qui existe bien mais dans les dialectes et les langues régionales de l’Ouest », commente pour 20 Minutes Mathieu Avanzi. Mais alors que faut-il dire ?

« Aucune des deux prononciations n’a réellement réussi à prendre le pas sur l’autre ! »

« Les grammairiens sont divisés, mais les deux sont bons, nous assure le maître de conférences à la Sorbonne. Cependant, les dictionnaires Larousse et le Petit Robert donnent comme prononciation de référence persi sans le L. » Celui qui sortira en octobre prochain un nouveau livre, « Parlez-vous (les) Français ? Atlas des expressions de nos régions », indique que de tout temps, la prononciation, des consonnes finales a été instable. « C’est particulièrement vrai pour les mots terminant en [il], mais des prononciations ont fini par l’emporter. Il n’y a plus qu’au Canada ou chez certaines personnes âgées qu’on ne prononce pas le L de nombril, sourcil, ou baril, mais tout le monde aujourd’hui omet le L de fusil. »

Mais persil fait figure d’exception ! « En général, ce qui se prononce en Ile-de-France se retrouve un peu partout, alors que là, c’est comme si elle n’avait pas réussi à s’imposer. Et cela dure depuis un siècle et demi, puisque aucune des deux prononciations n’a réellement réussi à prendre le pas sur l’autre ! », s’étonne encore Mathieu Avanzi. La guerre est-elle à nouveau déclarée ?