Cyberharcelé(e)s: «Mon ex-conjoint m'espionne et contrôle tous mes échanges sur le Net»

PRIS POUR CIBLE Françoise R. vit sous l’emprise de son ex-conjoint qui espionne ses moindres faits et gestes sur Internet et les réseaux sociaux. Il lui envoie régulièrement des mails et SMS pour lui dire qu’il voit tout ce qu’elle fait

Propos recueillis par Hakima Bounemoura

— 

Illustration d'une femme travaillant sur son ordinateur.
Illustration d'une femme travaillant sur son ordinateur. — Pixabay
  • Françoise R., cadre dans une grande entreprise, vit sous l'emprise de son ex-conjoint qui espionne ses faits et gestes sur Internet et sur les réseaux sociaux.
  • Son ex-compagnon a accès à ses SMS, sa boîte mails, son compte Facebook et possède même des fichiers audio de ses messages téléphoniques.
  • Le cyber-contrôle est une forme de cyber-harcèlement de plus en plus fréquent, notamment au sein des couples séparés ou en instance de divorce.
Logo de la série prispourcible

Voici l’histoire de Françoise R., cadre dans une grande entreprise française. Son témoignage rejoint notre série « Pris pour cible » sur les persécutions en ligne. A travers ces expériences individuelles, 20 Minutes souhaite explorer toutes les formes de harcèlement en ligne qui, parfois, détruisent des vies. Chaque semaine, nous illustrerons, à l’aide d’un témoignage, une expression de cette cyberviolence. Si vous avez été victime de cyberharcèlement, écrivez-nous à prispourcible@20minutes.fr.

Je me suis séparée en novembre dernier de mon conjoint, avec qui j’étais en couple depuis plus de 30 ans. La séparation, qui était de mon fait, a été très difficile. Je savais que ça allait être compliqué, au moins durant les premiers temps, mais je ne me doutais pas que mon ex-conjoint allait me faire vivre un enfer. Il n’a tout simplement pas accepté notre séparation. Il a commencé à m’envoyer des mails et des SMS me disant qu’il voyait tout ce que je faisais, qu’il avait accès à tous mes échanges sur Internet. Je ne l’ai pas pris au sérieux tout de suite. Mais il m’a envoyé des copies d’écran de ma navigation sur Internet, et d’autres prouvant qu’il avait accès à toutes mes données en ligne.

Une capture d'écran d'un message envoyé par le site de rencontres.

Il était au courant de tout ce que je faisais. Je me suis inscrite sur un site de rencontres, histoire de prendre un nouveau départ. Il s’en est rapidement rendu compte - je ne sais pas comment -, et il a tenté de s’en servir contre moi. Il m’a menacé d’envoyer un message à tous nos amis pour leur expliquer « ma vraie nature », que cela faisait 30 ans que j’allais sur ces sites, et que je l’avais en fait toujours trompé… Ce qui est bien sûr entièrement faux ! Et pour justifier ses propos, il avait en sa possession des captures d’écran de ma page d’accueil sur le site de rencontres. Il m’a menacé d’envoyer ce message complètement diffamatoire à toutes nos connaissances. C’est là que j’ai réellement pris conscience qu’il ne me lâcherait pas, et qu’il voulait continuer à garder une emprise sur moi

 

« Une adresse IP inconnue s’est connectée à plusieurs reprises à mon téléphone »

Une capture d'écran d'un message de sécurité envoyé par Gmail.

Il a ensuite continué à m’envoyer des messages, dans lesquels il répétait qu’il m’espionnait, qu’il voyait le moindre de mes faits et gestes, et que je ne pouvais rien lui cacher. Il a une formation de community manager, alors que moi je suis néophyte en la matière… Pour le prouver, il m’a envoyé plusieurs screenshots de mon Gmail. Je me suis dit qu’il avait probablement dû installer un logiciel espion, un spyware, sur mon téléphone ou mon ordinateur…

J’ai aussi découvert, un jour en allant dans les réglages de mon smartphone, qu’une personne s’était connectée à plusieurs reprises à mon téléphone, le 24 décembre puis le 31 décembre très exactement. L’adresse IP indiquait que la connexion venait de Côte d’Ivoire. Or à ce moment-là, mon ex-conjoint y était en vacances. Je le sais puisque c’est moi qui lui avais pris ses billets d’avion quelque temps auparavant. J'en ai même gardé une copie comme preuve au cas où....

 

« Quand il a vu que j’avais parlé avec un ami sur Facebook, il a modifié mes paramètres de connexion »

Une capture d'écran d'un message de sécurité envoyé sur Facebook.

Un peu plus tard, en février, j’ai voulu me connecter à mon compte Facebook. Et là surprise, je me suis rendu compte que mon mot de passe avait été modifié. J’ai tout de suite compris que c’était l’œuvre de mon ex-compagnon. Quelques jours auparavant, j’avais recontacté un vieil ami via Messenger [la messagerie de Facebook]. Il avait sûrement dû le voir, ça a dû l’énerver et il a donc modifié mes paramètres de connexion. Il n’a pas supporté que je puisse converser avec d’autres personnes…

J’ai aussi découvert que pendant des années, il m’espionnait via ma messagerie Free. Au début de notre relation, il m’avait créé une adresse mail, et j’ai découvert dans mes paramètres qu’il avait mis une option « faire suivre tous les messages » vers sa propre messagerie. Durant des années, il a donc eu une « copie » de tous mes mails et des fichiers audio de mes messages téléphoniques. J’ai été effrayée en découvrant ça. Je me suis dit que durant toutes ces années, il avait en fait toujours exercé une certaine forme de contrôle sur moi.

« Ces intrusions dans ma vie privée m’ont détruite au point de ne plus pouvoir aller travailler »

Tout ça m’a complètement miné le moral, mon médecin m’a mise en arrêt maladie début décembre [je n’ai repris le travail que fin mars]. J’ai 54 ans, je suis cadre dans une grande entreprise française, et ces intrusions au quotidien dans ma vie privée m’ont détruite au point de ne plus pouvoir aller travailler. C’est dur de vivre avec cette pression quotidienne, de se sentir continuellement épié. Cette situation m’a plongée dans le plus grand désespoir. Aujourd’hui, je vis avec le poids de me dire qu’il peut accéder à toutes mes données personnelles, à mes SMS, mes mails, mes coordonnées bancaires, mes codes d’accès à la sécurité sociale… J’ai aussi peur pour ma fille, elle va avoir 16 ans. S’il se comporte ainsi avec moi, il peut très bien aussi chercher à exercer un contrôle sur sa vie privée, et ça c’est quelque chose que je ne tolérerai pas !

Je ne sais pas à quoi il a accès exactement, je ne sais pas si tous les jours, il lit ma correspondance, mes échanges de mails, s’il trace mes déplacements, chacun de mes faits et gestes. Il est probablement au courant à chaque fois que j’achète des billets de train sur Internet pour me rendre chez ma mère malade… Peut-être aussi qu’il espionne mes conversations… Je ne suis pas une geek, ni même très sensibilisée à cet univers, j’ai juste l’impression d’être impuissante et de ne rien pouvoir faire. C’est une forme de harcèlement au quotidien, une angoisse permanente qui m’empêche aujourd’hui d’avancer. Comment reconstruire ma vie ? Comment repartir de zéro quand on sait qu’une personne cherche à contrôler sa vie ?

« J’avais peur qu’il me mette davantage de pression si je le poursuivais en justice »

J’ai été sous l’eau durant plusieurs mois. Aujourd’hui, j’ai l’impression de reprendre un peu ma vie en main. J’ai été arrêtée plus de trois mois, je vais bientôt pouvoir reprendre le travail. C’est grâce à un soutien médical et à la présence de mes amis que j’ai pu tenir jusqu’à aujourd’hui, et que j’arrive à me lever tous les matins. J’essaye d’aller de l’avant, et de ne plus penser à cela. Ça fait quelques semaines que je n’ai plus eu d’alerte. Mais dès que j’ai une nouvelle preuve de son intrusion dans ma vie privée, je porte plainte ! Je ne l’ai pas fait jusqu’à aujourd’hui parce que je voulais d’abord régler à l’amiable tous les litiges liés à notre séparation [vente de l’appartement, garde de notre enfant…] J’avais peur qu’il me mette davantage de pression si je le poursuivais en justice. Je me suis aussi dit que mon cas n’était peut-être pas une priorité pour la police. Mais aujourd’hui, je suis un peu plus lucide, et je ne veux plus me laisser faire.

Retrouvez tous les épisodes de la série, ici.

20 secondes de contexte

L’idée de cette série n’est pas arrivée par hasard. Le Web déborde d’histoires de cyber-harcèlement, les raids numériques se multiplient ces dernières années. Nous entendons parler de ce phénomène Internet dans la presse à travers les histoires de Nadia Daam, Nikita Bellucci ou, plus récemment, de Bilal Hassani, mais ils sont nombreux, moins célèbres, à en avoir été victimes. Nous avons voulu leur donner la parole pour faire connaître cette réalité qui a, parfois, brisé leur vie. Notre idée : donner corps aux différentes formes de violences en ligne et montrer qu’il n’existe pas des profils type de harceleur ni de vraiment de victime.

De semaines en semaines, nous avons réussi à sélectionner des témoignages à l’aide du bouche-à-oreille, d’appels sur Twitter et sur notre groupe Facebook 20 Minutes MoiJeune. Et ce n’est pas toujours facile de tenir le rythme d’une interview par semaine, même à trois journalistes. Nous devons évaluer chaque récit en fonction de sa pertinence et, parfois, de sa crédibilité. Mais, nous laissons toujours la liberté aux victimes de témoigner à visage découvert ou de garder l’anonymat pour ne pas donner une nouvelle occasion aux cyber-harceleurs de s’en prendre à elle.