Alcool au volant: Nous avons soufflé dans l’éthylotest connecté qui indique quand prendre la route

BOIRE OU CONDUIRE « 20 Minutes » a essayé le futur éthylotest connecté Ocigo, qui mesure votre taux d’alcool en indiquant l’heure à laquelle il reviendra à la normale

Christophe Séfrin

— 

L'éthylotest connecté Ocigo, disponible au second semestre 2019.
L'éthylotest connecté Ocigo, disponible au second semestre 2019. — OLYTHE
  • Première cause de mortalité sur la route en France, l’alcool au volant reste un fléau.
  • Le nouvel éthylotest connecté Ocigo de la start-up aixoise mesure le taux d’alcool et indique l’heure à laquelle il redevient normal.
  • « 20 Minutes » l’a testé après avoir bu… avec modération.

En France, la loi tolère au volant un taux d’alcool dans le sang de 0,5 g/l (soit 0,25 mg/l d'air expiré) et de 0,2 g/l pour les jeunes conducteurs. Si s’abstenir de boire lorsque l’on doit conduire reste la solution à privilégier, savoir si l’on est ou en nom en capacité de prendre la route après avoir trinqué demeure primordial.

L’éthylotest Ocigo développé par la start-up Olythe d’Aix-en-Provence le permet. Nous avons pu l’essayer avant sa commercialisation auprès du grand public.

Sur batterie, Ocigo est connecté. L’appareil, de la forme d’un gros stylo, fonctionne avec une application (pour l’heure réservée à iOS). « Ocigo va analyser dans l’air expiré la concentration d’alcool. Pour cela, l’air circule dans une chambre de mesure où un faisceau optique l’analyse, explique à 20 Minutes Guillaume Nesa, cofondateur et PDG d’Olythe. La mesure est immédiate.

L'application indique immédiatement le taux d'alcool dans l'air expiré par l'utilisateur.
L'application indique immédiatement le taux d'alcool dans l'air expiré par l'utilisateur. - OLYTHE

 

Ocigo utilise la détection spectroscopique infrarouge pour la réaliser. La technologie serait aussi fiable qu’une prise de sang.

Deux ballons et 0,11 mg

20 Minutes l’a testé à 13h35, un beau dimanche, à l’issue d’un déjeuner agrémenté de deux ballons de rouge. Nous allumons notre éthylotest pour nous assurer que nous pouvons repartir au volant. Par mesure d’hygiène, nous sommes invités à insérer dans Ocigo un embout propre (trois, nettoyables, sont fournis avec l’appareil par le constructeur). Puis à attendre trente secondes de préchauffage. Ensuite, il n’y a qu’à souffler dans l’éthylotest.

Taux d'alcool instantané et heure de retour à la normal sont précisés.
Taux d'alcool instantané et heure de retour à la normal sont précisés. - CAPTURE

 

Pas d’attente ni de latence : Ocigo indique immédiatement sur son petit écran LCD ses résultats. Nous concernant, il est ainsi fait mention de 0,11 mg d’alcool par litre d’air expiré. Nous pouvons légalement prendre la route. Pour plus de précisions, rendez-vous dans l’application où est également indiquée l’heure à laquelle notre taux d’alcool retombera à zéro : 15h21. Effectivement : après avoir vérifié à 15h21, nous observons un « retour à la normale », soit un taux d’alcool nul. Précis et efficace, rassurant et dissuasif également.

Comme la grosse valise des forces de l’ordre

A ce jour, Ocigo serait le seul éthylotest connecté utilisant la technologie à infrarouges (ses rivaux emploient un procédé électrochimique). « Ocigo utilise la même base technologique que les éthylomètres qui sont de grosses valises qui consomment 500 watts et nécessitent trente minutes de mise en œuvre », précise Guillaume Nesa. Là où les éthylotests servent au dépistage, les éthylomètres sont les appareils légaux de mesure utilisés par les forces de l’ordre. Mais Ocigo est aussi le seul éthylotest à proposer cette fameuse indication de l’heure de retour à la normale. Une précision qui a toute son importance si l’on doit conduire et qui nous a semblé capitale dans le message qu’elle délivre.

En attente d’une norme européenne

Aujourd’hui, Ocigo attend de décrocher la norme européenne (non obligatoire) EN 16280. « Celle-ci va vérifier que l’appareil est suffisamment précis et qu’il est précis dans différents environnements, notamment de températures extrêmes », indique Guillaume Nesa. Et c’est au second semestre qu’Ocigo devrait être commercialisé auprès du grand public pour un prix avoisinant les 250 euros.

De simples embouts à nettoyer à chaque usage.
De simples embouts à nettoyer à chaque usage. - OLYTHE

 

Cher ? Sans doute. « Mais quel est le coût de la vie, voire du permis ? », rétorque le patron d’Olythe. Qui ajoute : « depuis que nous testons Ocigo, nous avons détecté pas mal de cas de personnes qui sont alcooliques et qui ne le savent même pas »… En France, l’alcool reste responsable de 30 % des accidents mortels sur les routes