Messages anti-vaccins: Pinterest et YouTube luttent contre les «fake news» médicales

DÉSINFORMATION YouTube a rappelé qu’ils interdisaient aux vidéos anti-vaccins de gagner de l’argent grâce à la publicité

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'une vaccination.
Illustration d'une vaccination. — M. Libert / 20 Minutes

Accusés de favoriser la désinformation sur les vaccins, plusieurs réseaux sociaux américains ont pris des mesures pour endiguer les messages comportant des « fake news » sur la vaccination. Parmi eux, Pinterest et YouTube ont récemment changé de politique en la matière.

Pinterest a confirmé ce lundi ce que le Wall Street Journal avait révélé la semaine passée : depuis l’automne, le réseau social commencé l’an dernier à bloquer des résultats de recherche sur la vaccination et des traitements non prouvés contre le cancer.

Bloquer les contenus anti-vaccins

Le site bloque aussi les comptes et publications comportant des éléments de désinformation médicale. « Il n’y a rien de moins inspirant que la désinformation », a indiqué un porte-parole. « C’est pourquoi nous continuons à chercher de nouvelles façons d’empêcher les contenus trompeurs d’apparaître sur notre plateforme ou dans notre moteur de recommandations. »

De son côté, YouTube a rappelé ce vendredi que les règles de sa plateforme interdisaient la monétisation des vidéos promouvant des messages anti- vaccins. Quelques jours plus tôt, Buzzfeed avait démontré que le moteur de recommandations de la plateforme incluait des vidéos anti-vaccins.

Une vaccination en baisse aux Etats-Unis

Les grands réseaux sociaux sont accusés de laisser se développer le mouvement anti-vaccins. Aux Etats-Unis, plusieurs foyers de rougeole ont éclaté, touchant 159 personnes depuis le 1er janvier. La plupart sont des enfants non-vaccinés.

Selon les autorités sanitaires, le pourcentage d’enfants atteignant deux ans sans aucune vaccination est passé de 0,9 % (chez les enfants nés en 2011) à 1,3 % (chez les enfants nés en 2015). Le nombre de demandes d’exemptions vaccinales a augmenté en 2017-2018 pour la troisième année consécutive.