Cancer contre le col de l'utérus: Le vaccin est «sûr et indispensable» selon l'Organisation mondiale de la santé

VACCINATION Les autorités sanitaires ont dénoncé des « rumeurs infondées » visant le vaccin contre les papillomavirus

20 Minutes avec AFP

— 

570.000 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus ont été diagnostiqués en 2018.
570.000 nouveaux cas de cancer du col de l'utérus ont été diagnostiqués en 2018. — JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

« Des rumeurs infondées entravent l’augmentation de la vaccination, qui est pourtant cruciale dans la prévention du cancer du col de l'utérus », s’est alarmée dans un communiqué Elisabete Weiderpass, directrice du Centre international de recherche sur le cancer (Circ/IARC), qui dépend de l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

La vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) est « sûre et indispensable pour éliminer le cancer du col de l’utérus », ont martelé les autorités sanitaires ce lundi à l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, en dénonçant des « rumeurs » sur une prétendue nocivité des vaccins.

4e cancer le plus fréquent chez la femme

Quelque 570.000 nouveaux cas de cancer du col de l’utérus ont été diagnostiqués dans le monde en 2018, selon les chiffres du Circ/IARC. Environ 310.000 femmes en meurent chaque année, essentiellement dans les pays à bas ou moyens revenus. « C’est le quatrième cancer le plus fréquent chez la femme », a souligné le Circ.

Cet organisme estime que si la prévention ne monte pas en puissance, cette maladie risque de provoquer 460.000 morts par an d’ici à 2040. Au premier rang des mesures de prévention préconisées figure la vaccination contre les HPV, un groupe de virus très courants qui se transmettent par les rapports sexuels.

Des controverses régulières

Deux d’entre eux, HPV 16 et 18, provoquent 70 % des cancers et des lésions précancéreuses du col de l’utérus, selon l’OMS, qui recommande de vacciner les filles âgées de 9 à 14 ans. Mais, dans un contexte de méfiance grandissante envers la vaccination, les vaccins anti-HPV font régulièrement l’objet de controverses. Leurs détracteurs les accusent d’être à l’origine de maladies auto-immunes comme la sclérose en plaques, ce qui n’est pourtant corroboré par aucune étude.

« Pour marquer la journée mondiale contre le cancer 2019, le Circ réaffirme sa volonté de combattre la maladie et confirme sans équivoque que le vaccin anti-HPV est efficace et sûr », a insisté Elisabete Weiderpass.

Les garçons bientôt vaccinés ?

Une vingtaine de pays dans le monde recommande que les garçons soient aussi vaccinés, en plus des filles, pour réduire la circulation des virus. Outre le cancer de l’utérus, ces derniers peuvent également être à l’origine du cancer de l’anus et de cancers ORL, à la suite de rapports sexuels bucco-génitaux.

La France, où la vaccination est conseillée pour les filles entre 11 et 14 ans, réfléchit à la possibilité d’étendre cette recommandation aux garçons. Outre la seule vaccination, l’OMS préconise une stratégie globale pour lutter contre le cancer du col de l’utérus. Elle passe par le dépistage et le traitement des lésions précancéreuses, et par le diagnostic et le traitement du cancer invasif du col de l’utérus. Ce cancer « est curable s’il est diagnostiqué à un stade précoce », insiste l’OMS.