Quand Microsoft conseille à ses utilisateurs de préférer Android ou iOS

SMARTPHONES « Avec la fin du support de Windows 10 Mobile OS, nous recommandons aux clients de passer à un appareil Android ou iOS », a indiqué Microsoft sur son site…

20 Minutes avec agence

— 

Windows Phone 8 presenté le 29 octobre 2012.
Windows Phone 8 presenté le 29 octobre 2012. — Jonathan Duron / 20 Minutes

Google et Apple doivent se frotter les mains. Microsoft incite en ce moment les utilisateurs de son système pour mobiles « Windows Phone » à se tourner vers la concurrence.

Le géant américain avait déjà annoncé la fin de son outil en octobre 2017. Il accélère désormais le processus. Trois ans après la sortie de ses derniers mobiles, il a indiqué sur son site l’arrêt du support technique de son système d’exploitation d’ici la fin de l’année, rapporte Zdnet.

Plus de mises à jour

À compter du 10 décembre 2019, Microsoft ne proposera donc plus de mises à jour de Windows 10 sur mobile. Ce qui signifie qu’à partir de cette date, les smartphones seront vulnérables à des failles de sécurité.

Une situation que la firme créée par Bill Gates veut éviter. Elle incite donc les consommateurs à se tourner vers d’autres solutions. « Avec la fin du support de Windows 10 Mobile OS, nous recommandons aux clients de passer à un appareil Android ou iOS. La mission de Microsoft vise à donner à chaque personne et à chaque organisation de la planète les moyens d’accomplir davantage. Cela nous oblige à prendre en charge nos applications mobiles sur ces plates-formes et appareils », indique la société.

Seulement 0,6 % de part de marché en France

La dernière version de Microsoft Windows 10 Mobile, date d’octobre 2017. En 2018, le système d’exploitation n’a bénéficié d’aucune nouvelle fonction et a donc perdu encore de son attrait. Le manque d’applications disponibles a toujours été l’un des points faibles du géant de l’informatique.

Les ventes de portables Windows n’ont jamais décollé en France. Au troisième trimestre 2018, la part de marché de Microsoft n’était que de 0,6 %, bien loin derrière les téléphones sous Android (82,7 %) et sous iOS (16,6 %).