VIDEO. Dubaï: Les policiers testent l’Hoverbike S3, une moto volante futuriste

INSOLITE L’engin équipé de quatre hélices horizontales peut voler à 100 km/h pendant 25 minutes…

20 Minutes avec agence

— 

La police de Dubaï teste l’Hoverbike S3, une sorte de moto montée sur drones.
La police de Dubaï teste l’Hoverbike S3, une sorte de moto montée sur drones. — YouTube / HOVERSURF OFFICIAL

C’est une sorte de moto montée sur drones. La police de Dubaï s’entraîne actuellement avec la dernière version de cet engin volant, l’Hoverbike S3.

Présenté il y a environ un an dans le cadre du Gitex, le salon de l’innovation technologique du Moyen-Orient, cette moto avait séduit la police de l’Emirat qui avait acheté plusieurs exemplaires. L’Hoverbike S3 de la société californienne Hoversurf sera ainsi piloté par des policiers de Dubaï à partir de 2020, rapporte BFM TV.

100 km/h pour 25 minutes de vol

Cette année d’entraînement ne sera certainement pas superflue pour maîtriser cette moto qui s’inscrit dans la catégorie des eVTOLs (véhicules électriques à décollage et atterrissage verticaux). Ainsi, au moyen de ses quatre hélices horizontales, l’Hoverbike S3 décolle comme un hélicoptère.

Il peut filer à 100 km/h à cinq mètres du sol maximum, pour des raisons de sécurité. Pesant 114 kg à vide, il a une faible autonomie. Il est capable de voler 25 minutes avec un pilote et 40 minutes en mode « drone », avec un opérateur qui le téléguide.

Pour éviter les embouteillages

Pourquoi opter pour des motos volantes ? La police de Dubaï estime que ses membres seront plus efficaces dans cette ville complètement embouteillée et que la surveillance du trafic sera facilitée en hauteur.

Elle a acquis des droits exclusifs sur l’achat de ces motos volantes, qui coûtent 150 000 dollars, soit un peu plus de 130 000 euros. « Ils nous feront savoir dans les mois à venir s’ils veulent plus d’engins. S’ils en veulent 30 ou 40, nous leur ferons parvenir », se félicite ainsi Joseph Ségura-Conn, le patron d’Hoversurf, auprès de CNN.

Dubaï est à la pointe dans l’utilisation de produits novateurs pour ses services de sécurité. Un robot-policier, Reem-C, patrouille actuellement dans la ville. Si l’expérience de ce « Robocop » est concluante, la police de Dubaï voudrait que les robots non armés constituent 25 % de ses patrouilles d’ici 2030.