Les jeunes adultes exposent de plus en plus leur vie intime sur Internet et les réseaux sociaux

INTERNET Une étude réalisée auprès des 18-34 ans montre l’énorme emprise des outils numériques dans la vie intime des jeunes adultes…

H. B.

— 

Le rapport entre vie connectée et vie intime chez les jeunes âgés de 18 à 34 ans.
Le rapport entre vie connectée et vie intime chez les jeunes âgés de 18 à 34 ans. — SIPA
  • Près de la moitié des 18-34 ans déclare avoir déjà partagé du contenu « intime » via un service web.
  • Un jeune Français sur sept a déjà vu une photo ou vidéo intime de lui partagée sur Internet à son insu.
  • 26 % des personnes sondées déclarent qu’elles préféreraient passer un an sans sexe plutôt que sans smartphone.

Les photos ou vidéos que l’on partage via nos appareils connectés peuvent parfois se retrouver là où on ne s’y attend pas… C’est le cas pour un jeune Français sur sept âgé de 18 à 34 ans, qui a déjà vu une photo intime de lui partagée sur Internet à son insu, révèle une étude YouGov pour Kaspersky Lab*, une société de sécurité informatique grand public. Pour 68 % d’entre eux, les publications sont toujours visibles en ligne et concernent du contenu très intime : des photos à caractère sexuel, dénudées, ou relevant du « revenge porn ».

Près de la moitié des 18-34 ans déclare également avoir déjà partagé du contenu « intime » via un service web : 39 % ont déjà partagé des images d’eux en sous-vêtements ou en maillot de bain, 27 % de parties intimes de leur corps, 16 % d’eux nus et 13 % à caractère sexuel. « Il est intéressant de s’interroger sur les raisons qui peuvent amener l’individu à disposer et à partager du contenu intime alors même qu’il est conscient des limites et des risques de la cybersécurité », explique le psychologue Boris Charpentier. « L’analyse des risques encourus par rapport aux avantages perçus semble dysfonctionnelle car elle se base davantage sur l’affect et l’intuition que sur la logique et la raison ».

Un jeune sur quatre choisirait « un an sans sexe plutôt que sans smartphone »

Cette étude montre également l’énorme emprise des outils numériques dans la vie privée des jeunes adultes. De façon assez surprenante, 26 % des personnes sondées déclarent qu’elles préféreraient passer un an sans sexe plutôt que sans smartphone, quand 29 % se déclarent indécis sur cette question… Plus inquiétant encore, plus de la moitié des sondés semblent hésiter sur la question de privilégier le contact physique au virtuel. « La notion de vie privée est un concept qui évolue constamment à travers le temps et qui est dépendant du contexte social dans lequel on l’étudie. Aujourd’hui, on assiste à un véritable « paradoxe de la vie privée » avec d’un côté une conscience de ce qui relève de l’intimité et de l’autre des usages technologiques qui semblent contradictoires », ajoute Boris Carpentier.

Paradoxalement, près de la moitié (44 %) des 18-34 ans a déjà surveillé les activités d’une personne via ses comptes sur les réseaux sociaux, 10 % d’entre eux ont déjà pensé à partager un contenu compromettant sur Internet pour se venger d’une personne, et 20 % ont déjà cherché à consulter les photos ou vidéos piratées d’une célébrité.

* Etude YouGov pour Kaspersky Lab réalisée en septembre 2018 sur un échantillon de 1006 Français âgés de 18 à 34 ans.