Google Play: Plus de 700.000 applications malveillantes ont été supprimées en 2017

CYBERSECURITE 100.000 développeurs aux activités suspectes ont par ailleurs vu leurs comptes supprimés en 2017…

20 Minutes avec agence

— 

Google Play Store (illustration).
Google Play Store (illustration). — NEWSCOM/SIPA

Le responsable produit de Google Play, Andrew Ahn, a annoncé ce mardi que ses équipes avaient neutralisé en 2017 plus de 700.000 applications infectées, proposées sur la plateforme. Ce chiffre est en augmentation de 70 % par rapport à 2016.

La très grande majorité des programmes concernés auraient même été repérés avant de faire courir le moindre risque aux utilisateurs.

100.000 développeurs dans le viseur

« En fait, 99 % des applis au contenu non-conforme ont été identifiées et rejetées avant que qui que ce soit n’ait la possibilité de les installer », a écrit le dirigeant dans un message mis en ligne sur le blog officiel des développeurs de programmes sous Android. Et 100.000 développeurs aux activités suspectes ont par ailleurs vu leurs comptes supprimés en 2017.

>> A lire aussi : Android: Plus de 250 jeux utilisent le micro des smartphones pour vous espionner

C’est en partie grâce à l’apprentissage automatique et aux améliorations des algorithmes de vérification que les ingénieurs de Google Play ont pu être aussi efficaces dans leur chasse aux virus, a expliqué le responsable de la plateforme.

Moins de risque d’installer une appli malveillante

Résultat, « l’an dernier, nous avons réduit de plus de moitié la probabilité qu’un utilisateur installe une appli malveillante », s’est félicité Andrew Ahn.

>> A lire aussi : Google: Un virus diffuse des publicités pornos dans des applications pour enfants sur le Play Store

Le spécialiste fait ainsi référence aux applications proposant des contenus inappropriés ou illégaux, comme de la pornographie ou de la violence. Mais aussi les programmes copiant des applis populaires pour surfer sur leur succès ou encore ceux qui permettent aux pirates d’attaquer les utilisateurs en transmettant des virus ou des faux liens ou SMS.