Les patriotes de Philippot et les frontistes se déchirent sur Twitter

GUERRE DES CLANS Les deux familles du Front national se faisaient déjà la guerre depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux…

O. P.-V.
— 
Louis Aliot, Florian Philippot et, de dos, Marine Le Pen, au Parlement européen, en décembre 2015.
Louis Aliot, Florian Philippot et, de dos, Marine Le Pen, au Parlement européen, en décembre 2015. — FREDERICK FLORIN / AFP
  • De nombreux cadres du Front national ont salué la démission du vice-président.
  • Les soutiens de Florian Philippot ont été plusieurs à annoncer leur départ du FN sur Twitter.
  • Les membres du parti ont pris l’habitude de régler leurs comptes sur les réseaux sociaux.

Cette fois, c’est officiel, Florian Philippot n’est plus au Front national. L’ex-vice-président du parti de Marine Le Pen a annoncé son départ ce jeudi matin, éclaircissant une situation ambiguë depuis la défaite du FN au second tour de l’élection présidentielle.

>> A lire aussi : Départ du Front national. Et maintenant, que va faire Florian Philippot?

Sur les réseaux sociaux, la guerre de tranchées entre Les Patriotes, l’association créée dans la foulée par Philippot (de tendance souverainiste et étatiste), et les partisans d’un Front national plus identitaire et libéral avait déjà lieu depuis plusieurs mois, à la suite de la déroute frontiste à la présidentielle.

« Le nouveau FN se moque donc de défendre la souveraineté de la France »

On vous racontait début septembre la bataille à coup de vidéos, de tweets et de photos de soutien des proches de Florian Philippot envers sa lieutenante Sophie Montel, évincée de la présidence du groupe FN à la région Bourgogne-Franche-Comté. Il y a eu ensuite une improbable polémique interne au parti, le fameux Couscousgate qui a marqué les oppositions entre les deux familles du Front national.

Le départ de Florian Philippot n’a pas changé les habitudes : c’est sur les réseaux sociaux, Twitter en tête, que patriotes et frontistes pur jus ont échangé des amabilités et affiché le camp qu’ils choisissaient.

Honneur aux patriotes, dont plusieurs annoncent leur départ pour suivre Florian Philippot :

>> A lire aussi : Crise au FN. Après le départ de Florian Philippot, les langues se délient

Louis Aliot particulièrement remonté contre Florian Philippot

Et en face, les frontistes dans la ligne historique du parti, dont plusieurs cadres qui ne ménagent pas l’ancien chevénementiste, Louis Aliot en tête :