VIDEO. Florian Philippot quitte le Front national, Marine Le Pen dénonce une «stratégie de victimisation»

RUPTURE Le vice-président du FN et bras droit de Marine Le Pen a fait cette annonce ce jeudi matin sur le plateau de France 2…

Clémence Apetogbor

— 

Florian Philippot
Florian Philippot — Benjamin CREMEL / AFP

Coup de tonnerre au Front national. Florian Philippot, l’un des vice-présidents du parti et principal bras droit de Marine Le Pen, a annoncé ce jeudi matin sur le plateau de France 2 qu’il quittait le parti.

>> A lire aussi : Le roman-photo de l’amitié perdue entre Marine Le Pen et Florian Philippot

Le ton était monté ces derniers jours entre Florian Philippot et la cheffe de file frontiste, qui l’a sommé de choisir entre la présidence des Patriotes et son rôle au sein du FN.

« Comme beaucoup de militants et d’électeurs, je dis : quel gâchis ! »

Une requête rejetée ce mardi par Florian Philippot. En conséquence, Marine Le Pen lui a retiré mercredi soir sa délégation de la stratégie et de la communication, le maintenant au poste de vice-président.

« On m’a dit que j’étais vice-président à rien… Ecoutez, je n’ai pas le goût du ridicule, je n’ai jamais eu le goût de ne rien faire, donc bien sûr je quitte le Front national », a annoncé Florian Philippot. « Comme beaucoup de militants et d’électeurs, je dis : quel gâchis ! » a-t-il lancé.

Revenant sur la polémique de ces derniers jours, Florian Philippot a expliqué : « Je voyais la mayonnaise monter. J’essayais de préserver l’unité. J’ai eu face à moi de nouveaux arguments. J’ai fini par comprendre, par conclure, que c’était un prétexte cette histoire d’association, et qu’il y avait un problème de fond. » « Les outrances du passé étaient censées être terminées », a-t-il déploré, rappelant qu’il était arrivé au FN « pour Marine ».

La refondation du FN « cachait un retour en arrière terrible »

Florian Philippot a estimé, par ailleurs, que la refondation du FN « cachait un retour en arrière terrible ». « Le Front national est rattrapé par ses vieux démons », a estimé Florian Philippot qui a confié sa « déception » et sa « tristesse », soulignant n’avoir aucune « rancœur ».

Marine Le Pen a de son côté réagi à l’annonce de Florian Philippot ce jeudi. Invitée de Questions d’info sur LCP, la présidente du FN a dénoncé la « stratégie de victimisation » de son ancien bras droit. « Il est désolant de voir un tel gâchis, mais, hélas, quand les choses sont souhaitées, il est difficile de l’empêcher », a confié au Figaro Marine Le Pen. « Il y a eu mille tentatives de le ramener à la raison, mais celles-ci ont toujours été rejetées », a poursuivi Marine Le Pen, en reconnaissant sa « tristesse ».

En conséquence de ce départ, l’eurodéputée et conseillère régionale de Bourgogne-Franche-Comté Sophie Montel, principale lieutenante de Florian Philippot, a elle aussi annoncé sa démission du FN sur Twitter.

Louis Aliot, vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen, a réagi au départ de Florian Philippot sur le même réseau social, en postant deux tweets.