Après Charlottesville, cette mise en garde d'un vendeur de torches vaut le détour

PRÉCAUTION D'USAGE Suite aux manifestations racistes de cette ville de Virgine, un commerçant a voulu être clair quant à l'utilisation des flambeaux qu'il vend... 

D. D.

— 

La police anti-émeutes de l'Etat de Virginie sur les lieux de la manifestation d'extrême-droite à Charlottesville, le 12 août 2017.
La police anti-émeutes de l'Etat de Virginie sur les lieux de la manifestation d'extrême-droite à Charlottesville, le 12 août 2017. — CHIP SOMODEVILLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Alors que Donald Trump est sous le feu des critiques après sa timide condamnation des violences racistes qui ont coûté la vie à une personne à Charlottesville, les commerçant de la ville tiennent à faire leur part dans la lutte contre ce genre de manifestations.

Certains avaient choisi d’arborer cette pancarte sur leur devanture au lendemain de l'attaque.

« Si l'égalité et la diversité ne sont pas pour vous, nous ne le sommes pas non plus. Nous sommes fermés afin de protester contre les récentes démonstrations de haine. Les droits des minorités sont des droits humains »

Un message à destination des « nazis »

Un vendeur de torches de jardin s’est lui particulièrement démarqué en installant cet écriteau devant les « torches tiki » qu’il commercialise. Elles sont d'ordinaire très prisées des américains qui les utilisent pour éclairer leur jardin la nuit, lors de fêtes nocturnes notamment. Mais ces dernières avaient été détournées de leur fonction première et utilisées en nombre par les manifestants suprémacistes et néo-nazis de Charlottesville.

« MERCI DE NE PAS UTILISER CES TORCHES TIKI POUR QUELQUE M**DE RACISTE QUE CE SOIT, TROUS DU *** DE NAZIS »

Un message on ne peut plus clair, suivi d’une indication humoristique sur l’utilisation conseillée de ces torches : « Elles sont pour les barbecues avec les amis, la famille et votre voisin Steve avec son strabisme qui fait plus ou moins peur à tout le monde mais qui amène toujours un guacamole de malade donc tout le monde supporte ses vibes bizarres parce que c’est plus simple que d’apprendre à faire du guacamole ».

Un bon mot partagé plus de 100.000 fois en moins de 12h. Une nouvelle preuve que l’humour est l’une des meilleures armes contre la haine.