Moovyplay, et les films à louer sont en boîte

C. Séfrin - ©2008 20 minutes

— 

Les temps sont durs pour les vidéoclubs, qui doivent faire face au téléchargement, légal ou illégal. Ils espèrent beaucoup de Moovyplay, une petite boîte de 12,4 x 8 x 2 cm, imaginée par le groupe CPFK (Video Futur, Cinebank, Video Pilote). Fabriquée par Archos, ce n'est rien d'autre qu'un disque dur externe qui réinvente le concept de la location. Avec lui, le vidéophile vient faire le plein de films dématérialisés dans son vidéoclub, en téléchargeant en trente secondes un long métrage. Chez lui, il place son Moovyplay sur une base connectée par prise Péritel au téléviseur et effectue ses visionnages depuis une télécommande.

C'est simple, fonctionnel et de qualité DVD. D'autant plus pratique qu'il n'y a pas à rapporter les films au vidéoclub. Une fois les films chargés, l'utilisateur dispose de trente jours pour les regarder. Comme c'est le cas avec la VOD, chaque film peut être regardé autant de fois que désiré 48 h après le démarrage de sa première vision. Enfin, « il n'y a plus de problèmes de disponibilité de titres, souligne Anne-Laure de Montety, DG de Moovyplay. Tous nos clients Moovyplay ont pu voir Ocean's 13 le jour de sa sortie. » En attendant un déploiement national au deuxième trimestre pour atteindre 980 magasins fin 2008 (1 300 à terme), le Moovyplay équipe déjà une bonne vingtaine de vidéoclubs, avec 1 100 titres téléchargeables et plus de 330 bandes-annonces. « J'ai envie de donner sa chance au système, d'autant que sur les notions de conseil et de relations humaines, les vidéoclubs ont une belle carte à jouer », note Pauline Grimaldi, directrice générale d'Universal Pictures Video France et Benelux. Pour un autre éditeur, « le risque est seulement que cette solution arrive un peu tard ». Ce qui n'empêche pas Vidéo Futur d'être ambitieux. Objectif : séduire 2 millions de clients, soit un tiers de ses abonnés.