Facebook poursuit sa chasse aux articles racoleurs

RÉSEAUX SOCIAUX Le réseau social a encore changé son algorithme afin de rétrograder les contenus aux titres «pièges à clics»…

M.F

— 

La page d'accueil de Facebook.
La page d'accueil de Facebook. — LODI FRANCK/SIPA

« Vous ne devinerez jamais ce que ce blaireau va faire à cette autruche », « quand elle a retrouvé cette lettre écrite il y a des années par l’oncle de sa belle-mère, elle n’en a pas cru ses yeux », « seulement 1 % de la population mondiale arrive à voir ce qui cloche sur cette photo ». Qui n’a jamais cliqué sur ce type d’articles, proposés sur les fils d’actualité Facebook ?

Un titre accrocheur et mystérieux qui garde secret une partie de l’information, mais qui cache souvent un article assez décevant. Car le but de ces sites, n’est pas tant de vous faire partager la folle histoire d’un blaireau et d’une autruche, que de vous faire cliquer, parfois plusieurs fois sur leur plateforme. Plus il y a de clics, plus les espaces publicitaires se vendent cher.

Des changements dans l’algorithme

Ces articles « pièges à clics » ou clickbait, Facebook n’en veut plus. Mercredi 10 mai, le réseau social a donc annoncé qu’il avait une nouvelle fois changé son algorithme. Désormais le contenu des pages Web sera analysé. Lorsque les publicités seront trop importantes, décevantes, choquantes ou malveillantes, les articles seront rétrogradés.

>>À lire aussi: Facebook s'apprête-t-il à lancer ses propres séries (et à concurrencer Netflix)?

En 2016, le réseau social avait déjà élaboré un algorithme capable de reconnaître les mots-clefs et les formulations généralement utilisés dans ces titres. Si beaucoup de contenus avaient disparu des fils d’actualité, certains sites se sont adaptés et parviennent aujourd’hui à remonter dans les propositions. Facebook, a précisé que les effets seraient observables au cours des prochains mois. Patience.