Japon: «Pokémon Go» a freiné les suicides aux abords d'une falaise tristement célèbre

JAPON Aucun suicide n'a été enregistré à Tojinbo pendant les trois premiers mois de l'année...

M.C.
Yukio Shige surveille les abords de la falaise, en décembre 2008.
Yukio Shige surveille les abords de la falaise, en décembre 2008. — HARUMI OZAWA / AFP

L’espoir est-il dans la pokéball ? Le lieu-dit Tojinbo, où de grises falaises de roche basaltique surplombent les flots sur un kilomètre de longueur, a la triste réputation d’être un haut lieu du suicide au Japon. Les pires années, jusqu’à 25 personnes venaient ici mettre fin à leurs jours.

Mais sur les trois premiers mois de 2017, cet endroit reculé du département de Fukui, dans le centre du pays, n’a enregistré aucun suicide, rapporte le site Dot, apparenté au journal Asahi. Une « anomalie » qui pourrait être liée au succès du jeu pour smartphone Pokémon Go.



Dès la sortie de l’application fin juillet 2016, la presse locale avait rapporté l’afflux de joueurs venant planter leur tente sur les lieux, illuminés la nuit par les écrans de smartphones des dresseurs de Pokémon venus attraper des créatures rares grâce à la géolocalisation et la réalité augmentée.

« L’impact de Pokémon Go est énorme. J’espère que ça va continuer comme ça »

Selon l’office du tourisme local, le nombre conséquent de visiteurs qui déferlaient l’été dernier, après la sortie du jeu, puis à l’automne, s’est considérablement réduit avec les premiers frimas. Il semble pourtant être reparti de plus belle depuis l’arrivée du printemps - et peut-être de l’arrivée de nouveaux monstres dans le jeu.

A en croire Yukio Shige, un policier à la retraite à l’origine d’une association qui patrouille dans les alentours pour prévenir les suicides, 12 personnes sont venues en finir en 2015, puis 14 en 2016. Mais cette année, aucun suicide n’a été recensé. « L’impact de Pokémon Go est énorme. J’espère que ça va continuer comme ça », note-t-il.

La lassitude des joueurs, dont la passion finira inévitablement par s’essouffler, rendra-t-elle Tojinbo aux plus désespérés ? En attendant, Yukio Shige, qui estimait en 2014 avoir empêché 500 personnes de se suicider, dit réfléchir à de nouveaux moyens de renforcer la vigilance de ses troupes, notamment à l’aide de drones.