Tiens, tiens, des affiches de soutien à François Hollande réapparaissent sur Twitter

POLITIQUE Depuis deux jours, des images vantant le bilan du chef de l’Etat sont partagées sur le réseau social…

Helene Sergent

— 

Capture d'écran d'une des images partagées ces derniers jours sur Twitter.
Capture d'écran d'une des images partagées ces derniers jours sur Twitter. — DR

Trois mois avoir pris la décision de ne pas se présenter à l’élection présidentielle, François Hollande se retrouve au cœur d’une drôle de campagne. En pleine « affaire Fillon », le chef de l’Etat s’affiche sur Twitter sur une dizaine de visuels partagés sur Twitter grâce au mot-clé « #quoiquonendise ».

Partagées par des élus socialistes ou des collectifs de soutien au Président, ces images datent en réalité du mois de novembre dernier, avant le désistement de Hollande au profit de Manuel Valls. L’initiative serait née sur le campus de Talence-Pessac à côté de Bordeaux, qui accueille l’université de la ville et l’Institut d’études politiques bordelais (IEP Bordeaux).

Pas une campagne officielle 

Contacté par 20 Minutes, Phillipe Buisson, maire socialiste de Libourne (Gironde) qui a récemment partagé les affiches, se réjouit : « Si l’idée est partie du campus, nous nous sommes approprié les visuels qui sont devenus viraux sur les réseaux sociaux. Dans ce contexte compliqué, c’est un bon début pour mieux évaluer la cohérence et les résultats du quinquennat de François Hollande ».

Joint par téléphone, l’Elysée insiste : « Il ne s’agit en aucun cas d’une intervention de notre part ou de l’équipe de communication de François Hollande. Le mandat se termine bientôt, si ces affiches réapparaissent, cela traduit peut être la nostalgie de certains électeurs de gauche ».

>> A lire aussi : Le site de soutien à François Hollande déjà détourné par l’équipe d’Alain Juppé

Un bilan que refuse jusqu’ici de porter le candidat élu à la primaire de la gauche, Benoît Hamon. Depuis le début du mois de février, plusieurs ténors du parti pressent l’ex frondeur d’assumer le quinquennat de François Hollande. « On ne gagne pas une élection présidentielle sur un bilan » avait alors rétorqué le député des Yvelines.