Sélection de Noël: Cinq drones à (s')offrir selon vos moyens et vos envies

OBJET VOLANT Entre le simple gadget et la machine de « pro », identifier son objet volant n’est pas chose aisée. De 69 euros à 1.299 euros, voici la sélection de drones de « 20 Minutes »…

Christophe Séfrin

— 

Les drones Star Wars de Propel seront parmi les vedettes volantes des fêtes 2016.
Les drones Star Wars de Propel seront parmi les vedettes volantes des fêtes 2016. — PROPEL

Ce sera le cadeau hype de l’année 2016. Quelque 200.000 drones (hors jouets) devraient être achetés par les Français durant le seul mois de décembre, selon les chiffres indiqués par l'institut GfK à 20 Minutes.

L’offre des constructeurs est vaste et leurs drôles de machines volantes de qualités diverses. Pour vous aider à décoller en toute sérénité et selon votre budget, 20 Minutes vous propose un petit tour de piste…

Le Petrone Fighter de Byrobot : un joujou évolutif

Ne pesant que 37 grammes (pour 125 x 125 x 25 mm), ce mini-drone à l’autonomie de 6 à 8 minutes a la bonne idée d’être évolutif.

Plus tout à fait un jouet, ce mini-drone a la possibilité d'évoluer pour élargir ses fonctionnalités.
Plus tout à fait un jouet, ce mini-drone a la possibilité d'évoluer pour élargir ses fonctionnalités. - PNJ

 

Selon votre envie d’aller plus loin dans le pilotage, il est possible de lui associer un kit FPV (vue à la première personne) pour lui greffer une caméra 720p et suivre sur votre smartphone ce que voit le drone. Le casque VR n’est hélas pas fourni dans la boîte, mais vous pourrez vous en procurer un, comme le Google Cardbord, pour une quinzaine d’euros. De son côté, le Drive Kit transforme le multirotors en véhicule terrestre avec deux phares et une autonomie portée jusqu’à 25 minutes. De quoi s’amuser avec le chat. Se pilotant à l’aide d’une télécommande ou d’un smartphone à l’aide d’une application iOS ou Android, le Petrone Fighter est une belle initiation au monde du drone, sans (trop) bourse délier.

69 euros. 39 euros le kit optionnel.

Le Swing de Parrot : un drone « avion » atypique

Léger comme l’air, ce mini-drone « avion » a la particularité de pouvoir voler à la verticale ou à l’horizontale. Le bénéfice de sa forme en « X »…

Le Swing de Parrot est simple d'accès et offre des possibilités que les autres drones n'ont pas.
Le Swing de Parrot est simple d'accès et offre des possibilités que les autres drones n'ont pas. - PARROT

 

Fourni avec sa télécommande sur laquelle on pourra greffer -ou pas- son smartphone (iOS ou Android), son autonomie peut atteindre 8 min 30 en mode avion. Adapté aux débutants, le Swing se maîtrise en quelques minutes. Avec 60 mètres de portée (avec la télécommande) et une hauteur de 25 mètres, l’appareil garantit déjà d’agréables sensations d’autant qu’il est très facile de lui faire faire quelques loopings et autres acrobaties.

139 euros.

>> A lire aussi : Cinq idées de cadeaux techno auxquels vous n’aviez (sans doute) pas pensé

Les drones Star Wars de Propel : trois multirotors SF

La Force sera avec vous grâce aux drones Star Wars. Pour poursuivre l’aventure après la sortie au cinéma le 14 décembre de Rogue One : A Star Wars Story, la firme Propel lance trois reproductions des X-Wing, Speeder et du vaisseau de Dark Vador du film.

Pas de sabre, mais un canon laser est embarqué à bord des drones Star Wars de Propel.
Pas de sabre, mais un canon laser est embarqué à bord des drones Star Wars de Propel. - PROPEL

 

Pour l’intérieur ou l’extérieur, ces petits multirotors à l’autonomie hélas assez faible (8 minutes maxi) se pilotent simplement à l’aide de trois modes de jeu permettant de séduire les novices et les pilotes plus avertis. Le truc en plus lorsque l’on dispose de deux de ces engins reste le combat aérien. Ainsi, chaque drone est équipé d’un canon à infrarouge qui permet de dégommer son adversaire. Lequel ira se poser après une descente en vrille. L’éternel combat entre le Père et le fils…

269,99 euros (avec 2 batteries).

Le Mavic Pro de DJI : le drone origami et 4K

C’est incontestablement LE drone du moment. Lancé par DJI, le Mavic Pro possède à peu près toutes les qualités que l’on peut espérer de ce genre d’engin.

Le Mavic Pro de DJI est sans doute l'un des drones du moment qui fasse le plus envie.
Le Mavic Pro de DJI est sans doute l'un des drones du moment qui fasse le plus envie. - DJI

 

Ultra-pliable (19,9 x 8,3 x 8,3 cm pour 736 g), il tient dans n’importe quel sac et peut nous suivre en promenade, à la montagne ou à la plage. Mieux : techniquement, le Mavic Pro est parmi les meilleurs. Il filme en 4K (à 30 ips) ou en mode Ciné 4K (à 24 ils) et prend des photos en 12 mégapixels. Fier d’une autonomie pouvant atteindre 27 minutes, sa vitesse va jusqu’à 65 km/h. Il est même possible de l’envoyer faire un tour d’hélices jusqu’à 7 km de sa base et de continuer à recevoir ses images en HD. Evidemment, de telles prestations ont un coût.

1199 euros.

Le Disco de Parrot : l’aile du désir

Détonnante dans l’univers des drones de loisirs, l’aide volante Disco a besoin d’un vaste terrain de jeu pour s’exprimer.

Atypique mais offrant des sensations de pilotage inédites, l'aile volante Disco de Parrot.
Atypique mais offrant des sensations de pilotage inédites, l'aile volante Disco de Parrot. - PARROT

 

De par sa conception (il s’agit d’un drone « avion »), il est impossible de lui faire réaliser des vols stationnaires. Son truc à elle, c’est plutôt les long-courriers jusqu’à 2 km de son pilote et jusqu’à 80 km/h, avec des vidéos filmées en Full HD. Mais en prendre les commandes avec sa manette est presque un jeu d’enfant. Les plus doués pourront s’exercer au vol en FPV (vue à la première personne), avec le casque de réalité virtuelle fourni. Mais il est recommandé d’être à deux pour parfaitement sécuriser l’expérience et ne pas perdre le contrôle de la machine.

1299 euros.

>> A lire aussi : VIDEO. Disco: On a testé l’aile volante de Parrot (sans nous crasher)

 

Règles d’or

En France, l’utilisation d’un drone de loisirs est soumise à des règles strictes. Si les mini-drones peuvent sans souci être utilisés à la maison ou dans un jardin sans déranger ses voisins, les drones plus imposants et notamment ceux embarquant appareil photo et caméras ne peuvent voler partout : interdiction de survoler les sites sensibles (aéroports, centrales nucléaires), mais aussi de survoler les habitations. Depuis septembre, les drones civils de plus de 800 grammes doivent aussi être enregistrés électroniquement.