Crash mortel: Mais comment les capteurs de Tesla ont-ils pu rater un semi-remorque?

TECHNOLOGIE Une enquête a été ouverte aux Etats-Unis après le premier accident mortel impliquant un véhicule en mode semi-autonome...

Philippe Berry

— 

Une Tesla modèle S.
Une Tesla modèle S. — M.RALSTON/AFP

Statistiquement, cela devait finir par arriver. Un conducteur a pour la première fois été tué, le 7 mai dernier, alors que sa Tesla Model S était contrôlée par la machine via la fonction Autopilot. L’enquête ouverte par les autorités américaines devra déterminer qui est en faute : le défunt (qui aurait dû garder ses mains sur le volant et être prêt à reprendre un contrôle manuel), Tesla (si ses capteurs ont été mal conçus) ou le chauffeur du semi-remorque impliqué dans le crash (s’il a tourné avec un timing dangereux). Mais en attendant d’avoir la réponse, la technologie au cœur des voitures autonomes, qui espèrent se démocratiser sur les routes d’ici 2020, va être surveillée de très près.

Que s’est-il passé ?

Le 7 mai, Joshua Brown, un Américain de 40 ans qui se filmait régulièrement au volant de sa Tesla, active le mode Autopilot sur une route de l’Ohio. Sur cette « undivided highway », une sorte de route nationale, un semi-remorque arrive en sens inverse et utilise la voie centrale pour tourner à gauche. Au lieu de freiner, la Tesla « est passée sous la remorque [qui était perpendiculaire] et son toit a été arraché. Le conducteur est mort sur les lieux du drame », indique le rapport de la police.

Ni le conducteur, ni la voiture, n’ont vu l’obstacle ?

Non. Un lecteur de DVD portable a été retrouvé dans la voiture, selon la police. Le chauffeur du camion a affirmé à AP que le conducteur de la Tesla regardait Harry Potter. Et la voiture ? Selon Tesla, l’Autopilote « n’a pas détecté le côté blanc du camion » alors que le ciel en arrière-plan était « très brillant ». Le système de Tesla semble avoir cru que la route était dégagée entre les roues du camion, sans réaliser qu’il y avait un problème au-dessus. Selon un tweet d’Elon Musk, il semble que le radar ait confondu la remorque avec le genre de panneau suspendu au-dessus de l’autoroute

La Tesla est-elle 100 % autonome ?

Non. Elle possède « des fonctions autonomes ». On est très loin d'une Google Car. Tesla parle de «fonctionnalités d’assistance à la conduite», un peu comme une sorte de super-régulateur de vitesse capable de freiner et de changer de voie. En revanche, l'Autopilot n’est pas capable de se débrouiller tout seul en ville et ne sait pas comment réagir face à un stop ou un feu tricolore. Tesla a déployé ces fonctions sur 60.000 modèles S en octobre 2015 via une mise à jour logicielle.

Quels capteurs sont embarqués ?

C’est sur ce point que se concentrent les premières critiques. Le modèle S dispose :

  • d’une caméra frontale, fabriquée par Mobileye, qui s’occupe de lire les panneaux de limitations de vitesse et de reconnaître les lignes de séparation de voies.
  • d’un radar situé sur la calandre qui détecte les véhicules situés devant et leur distance sur plusieurs dizaines de mètres.
  • de 12 sonars chargés de détecter un obstacle rapproché dans un cercle de 5 mètres.

En revanche, contrairement à de nombreux autres véhicules autonomes, la Tesla n’a pas de Lidar (télédétection par laser), cette espèce de gyroscope présent sur les Google Car, qui permet de modéliser l’environnement à 360° avec une précision bien plus élevée.

Par le passé, Musk a affirmé qu’il n’y avait « pas besoin de Lidar » pour un véhicule autonome, alors que cette technologie a pour l’instant du mal par temps pluvieux ou neigeux.

Un mort en 200 millions de km, c’est beaucoup ?

Tesla compare ce chiffre à la moyenne d’un mort tous les 150 millions de km aux Etats-Unis pour des véhicules traditionnels. Mais l’entreprise truande car la voiture américaine moyenne a 11,5 ans. Selon un expert cité par le site boursier SeekingAlpha, sur les véhicules construits après 2012 (l’année de production de la Tesla), les chiffres sont bien meilleurs, avec un décès tous les 600 millions de km.

La technologie de Tesla a-t-elle été lancée trop tôt ?

L’enquête devra le déterminer. Lorsque le mode Autopilot est activé, Tesla prévient le conducteur qu’il s’agit d’une version « bêta » et qu’il doit garder ses mains sur le volant et être prêt à reprendre le contrôle à tout moment. MobileEye, de son côté, a indiqué que sa caméra actuelle est conçue pour activer le freinage d’urgence quand le véhicule de devant ralentit. En revanche, elle n’est pas capable de réagir face à un véhicule tournant latéralement. Gênant, même pour une technologie « semi-autonome ».