Il faut sauver le mur d’Hadrien

ARCHEOLOGIE La voie romaine qui longe l’édifice, vieux de dix-neuf siècles, victime d’érosion...

M.N

— 

Un partie du mur romain.
Un partie du mur romain. — DR

Hadrien est un sacré bonhomme. Bien que mort depuis dix-neuf siècles (76-138), l’empereur romain, humaniste et lettré, fait encore parler de lui. C’est qu’avant de s’éteindre, celui que Marguerite Yourcenar a immortalisé dans ses «Mémoires d’Hadrien», a légué à ses descendants un mur long de 130 km. Un édifice qui longe approximativement, au sud, la frontière entre l’Ecosse et l’Angleterre. Des limes d’une hauteur d’environ 2m50, construites pour repousser les barbares des Highlands, et dont la piste romaine, parallèle au mur, est victime d’érosion. Tracée par les légionnaires d’Hadrien, elle présente des trous «de 10 à 15 cm». Une érosion qui inquiète outre-Manche.

Manque d’entretien

Peter Fowler, ancien président du département d’archéologie à l’université de Newcastle (Nord de l’Angleterre), pointe du doigt le manque d’entretien de la voie empruntée les deux dernières années par près de 400.000 visiteurs. Il exonère les touristes, qui selon lui ne sont pas en cause.

700 propriétaires

Se disant «alarmé», Peter Fowler demande la surveillance et la protection des fortifications et de ses alentours. Un rôle dévolu à l’autorité locale responsable du développement local, la Countryside Agency, qui promet de «réparer et de surveiller» la voie d’Hadrien. Seul problème: le mur traverse 700 propriétés privées, chacune possédant une partie du mur. Autant d’interlocuteurs avec qui l’Agency doit traiter. Patience donc pour le relookage mais le mur, vieux de dix-neuf siècles, n’est pas à une décennie près...

Celui qui appartient à la catégorie des «Cinq bons empereurs» n’a pas laissé que des fortifications et des villes plantées le long du pourtour méditerranéen. Hadrien le bâtisseur a laissé des sculptures à son effigie. L’une d’entre elles vient de sortir de terre. Découverte lors de fouilles menées au centre de la Turquie (Sagalassos), la statue présente des mensurations avantageuses: entre 4 et 5 mètres de hauteur selon les estimations des archéologues, un pied de 80 cm et un péroné long de 70 cm. Sans oublier une grosse tête de 70 cm à qui il manque le nez. Le reste du corps se trouve encore 5 mètres sous terre, selon l’équipe belge de l’université de Louvain, auteur des fouilles. Et d’après Marc Waelkens, directeur des recherches, les membres exhumés laisse penser que la statue est l’un des plus belles d’Hadrien jamais découverte.