Web par satellite: Richard Branson et la France pour concurrencer Google et SpaceX?

TECHNOLOGIE Le milliardaire britannique a rencontré la ministre française de la Recherche pour présenter son projet très semblable à celui de SpaceX et Google...

N.Bg.

— 

Montage: Elon Musk (à g.) et Richard Branson.
Montage: Elon Musk (à g.) et Richard Branson. — Jae C. Hong/Brian Melley/AP/SIPA

Le secteur privé qui investit des milliards auprès d’opérateurs spatiaux pour envoyer des satellites en orbite basse permettant de connecter le monde entier au Web, ça vous dit quelque chose? Sans doute: on apprenait mardi que Google et un fonds d’investissement mettaient un milliard de dollars dans l’américain SpaceX pour concrétiser ce projet d’accès global à Internet. Et ce mercredi, comme en écho, la même annonce est faite en Europe.

C’est France Info qui le révèle: le richissime industriel britannique Richard Branson, boss de Virgin, a rencontré mardi à Paris la ministre française de la Recherche et le patron d’Arianespace. Au menu, la même discussion qu’a dû avoir le patron de SpaceX Elon Musk avec Google: le projet un peu fou d’envoyer une flotte de petits satellites permettant à terme un accès à Internet même dans les zones les plus reculées du monde.

Gros marché et belle concurrence

Comme chez SpaceX, les satellites pèseraient une centaine de kilos chacun. Selon France Info, un premier déploiement de 680 appareils serait effectué, placés en orbite à 1.200 kilomètres d’altitude.

Un expert interrogé mardi par 20 Minutes estimait que «SpaceX n'a aucune expérience avec des satellites et [que] cela coûtera beaucoup plus que ce qu'Elon Musk imagine.» Côté européen, Richard Branson a trouvé son expert: Greg Wyler, fondateur d’un opérateur de satellites de télécommunications ayant brièvement travaillé pour Google (tiens tiens…) et qui vient de conclure un partenariat avec Virgin pour poursuivre son projet de Web global.

Un partenariat qui pourrait donc s’étendre. Même s’il n’en est qu’au stade des discussions, le rapprochement entre la France et Richard Branson est initié, la ministre Geneviève Fioraso ayant assuré, selon France Info, voir son projet d’un bon œil. Avec à la clé un sacré marché pour Arianespace, et une belle concurrence avec Google et SpaceX. La guerre des étoiles n’est pas terminée.