Piratage de Sony: Le FBI sur la piste des hackers du bureau 121

TECHNOLOGIE Des sources au sein du FBI affirment que la Corée du Nord est très sérieusement suspectée...

Philippe Berry
— 
Des techniciens nord-coréens surveillent un test de missile depuis un centre de contrôle de la banlieue de Pyongyang.
Des techniciens nord-coréens surveillent un test de missile depuis un centre de contrôle de la banlieue de Pyongyang. — P.UGARTE / AFP

Bienvenue dans l'ère de la cyberguerre. Malgré ses démentis, la Corée du Nord serait bien derrière le piratage de Sony Pictures. Les chaînes CNN et ABC citent des sources du FBI et précisent qu'une annonce officielle pourrait intervenir jeudi.

Selon le New York Times, les autorités américaines ont conclu que Pyongyang a «joué un rôle central» dans l'attaque et elles cherchent à déterminer si des employés de Sony ont participé de l'intérieur. Washington hésiterait encore sur la formulation exacte de ses accusations, dans un contexte diplomatique international sensible.

Sony a finalement capitulé, mercredi, décidant d'annuler la sortie américaine du film The Interview (L'interview qui tue, en français), une décision dont le régime nord-coréen s'est félicité. Il a toutefois toujours démenti être responsable de l'attaque, alors que le groupe de hackers Guardians of Peace n'avait jamais fait parler de lui jusqu'à présent.

>>> A lire aussi : Les hackers de Sony Pictures révèlent les secrets de Snapchat

Les 1.800 hackers du Bureau 121

Avec un code en partie écrit en coréen, le malware utilisé pour pénétrer les défenses de Sony est similaire à un virus employé dans des attaques contre la Corée du Sud l'an dernier, selon plusieurs experts.

Si la Corée du Nord vit encore à l'âge de pierre d'Internet, le gouvernement a constitué une unité d'élite de 1.800 hackers, baptisée le «Bureau 121». Peu d'informations sont disponibles, mais Jang Se-yul, un dissident passé au Sud, raconte à Reuters que les candidats les plus prometteurs sont parfois recrutés à 17 ans, principalement parmi les étudiants en informatique de l'université militaire nationale. Ils bénéficient souvent d'un luxueux logement de fonction. «C'est un grand honneur», conclut Jang.