Les hackers de Sony Pictures révèlent les secrets de Snapchat

PIRATAGE L’application mobile a acquis des sociétés en toute discrétion et lorgne du côté des lunettes connectées et de la musique en ligne…

A.G.
— 
Le confondateur et directeur général de Snapchat, Evan Spiegel, en 2013.
Le confondateur et directeur général de Snapchat, Evan Spiegel, en 2013. — J.C.HONG/AP/SIPA

Diffusion de films inédits, menaces, fuites d’e-mails et révélations embarrassantes. Les hackers responsables du piratage de Sony Pictures n’ont pas fini de distiller en ligne les informations confidentielles (et croustillantes) qu’ils ont découvertes sur les serveurs de l’entreprise. Cette fois-ci, ce n’est pas Sony Pictures qui en pâtit, mais Snapchat.

Plusieurs dizaines de millions de dollars d’acquisitions

Les hackers ont publié des mails envoyés et reçus par Michael Lynton, le PDG de Sony Entertainment, qui est aussi membre du conseil d’administration de l’application de partage de photos éphémères depuis l’an dernier.

Les messages révèlent que Snapchat a acquis secrètement la société Vergence Labs pour 15 millions de dollars cette année. Une entreprise qui développe la technologie Epiphany Eyewear, des lunettes connectées permettant de filmer des vidéos en HD et de les envoyer sur le «cloud». Il apparaît également que Snapchat a fait l’acquisition pour 50 millions de dollars du service Scan.me, qui développe des solutions pour créer et scanner des QR codes et travailler sur la technologie iBeacon.

Snapchat a par ailleurs déboursé 30 millions d’euros pour racheter la société de logiciel vidéo AddLive. La plateforme de photos éphémères serait par ailleurs en discussion avec Twitter pour un éventuel partenariat.

Un service musical à venir sur Snapchat?

Encore plus inattendu, Snapchat s’intéresse à la musique. L’application s’est rapprochée de l’agence artistique Williams Morris Endeavour mais aussi de Sony Music Entertainment dans l’espoir d’introduire un service musical, selon TechCrunch. D’après l’un de ses interlocuteurs, Evan Spiegel, le PDG de Snapchat, pense que «toutes les plateformes de musique en ligne sont merdiques et veut faire de la curation de contenu».

Son ambition serait de promouvoir des artistes sur son application mobile et d’avoir le soutien d’une importante maison de disques. Le patron de Snapchat a par ailleurs rencontré le président de Vevo, le site d'hébergement de vidéos musicales soutenu par YouTube, Universal et Sony, dans l’espoir de proposer l’intégration de vidéos à Snapchat. Mais les négociations n’ont pas abouti car Evan Spiegel s’était montré trop gourmant. Ce dernier exigeait 40% des revenus.