Les téléphones portables sous Android sont devenus la cible des hackers

HIGH-TECH Selon le cabinet de sécurité Lookout, les portables sous Android sont vulnérables face à des logiciels malveillants...

20 Minutes avec AFP
— 
NANTES, le 15/03/2013 Une personne travaille sur son telephone portable avant de monter dans le tram
NANTES, le 15/03/2013 Une personne travaille sur son telephone portable avant de monter dans le tram — FABRICE ELSNER/20MINUTES

Le cabinet de sécurité Lookout a tiré la sonnette d'alarme mercredi sur le fait que les téléphones portables sous Android et les tablettes étaient désormais la cible de pirates qui en prennent possession grâce à des logiciels malveillants.

L'exemple de NotCompatible, un «malware» (un logiciel malveillant) diffusé par des sites web piratés et qui cible les smartphone, est bien le signe que les hackers ont délaissé les ordinateurs pour se concentrer sur les appareils mobiles, selon l'expert en sécurité chez Lookout, Jeremy Linden.

«Une augmentation du nombre de malware»

«Les portables sont devenus les plate-formes informatiques les plus répandues et parce qu'ils sont tellement omniprésents, nous avons observé une augmentation du nombre de malware qui les prennent pour cible», explique-t-il à l'AFP.

Ces appareils contiennent des informations personnelles importantes, comme les lieux où se sont rendus leurs utilisateurs, les appels qu'ils ont passés ou les images qu'ils ont prises. «ça peut vite être le jackpot, il est donc évident que les méchants font tout ce qu'ils peuvent pour pouvoir accéder à ces informations», ajoute-t-il.

Il se présente comme une mise à jour du système 

NotCompatible est capable de transformer un périphérique infecté à l'insu de l'utilisateur, pour accéder à des réseaux protégés. La propagation du malware se fait via des sites piratés et se présente comme une mise à jour du système pour inciter les utilisateurs à l'installer.

Une fois installé, NotCompatible permet à l'appareil qui l'héberge d'envoyer et de recevoir des données relatives au réseau. Des armées de mobiles sous Android se transforment en esclaves et envoient tous azimuts des spams vantant par exemple des pilules miracles ou encore des tickets de concerts, explique Lookout.

«Jusqu'ici nous n'avons vu aucune donnée dérobée mais il est certain que personne ne veut ce genre de chose sur son appareil», estime Jeremy Linden.