Un site Internet planche sur l'écriture universelle

HIGH TECH En faisant la moyenne des tracés de tous les participants à l'expérience...

Mathias Cena

— 

Le site theuniversaltypeface.com recueille les écritures des volontaires pour en faire une synthèse.
Le site theuniversaltypeface.com recueille les écritures des volontaires pour en faire une synthèse. — capture d'écran/20 Minutes

Des belles lettres arrondies qui nagent entre les pâtés d’encre sur les cahiers d’écoliers aux pattes de mouche de ma grand-mère, il y a autant d’écritures que d’humains sur Terre. Cette diversité reste captivante à une époque où l’on a plus d’occasions de taper, tapoter, pianoter, saisir ou même clavarder que d’écrire à la main et certains se demandent à quoi ressemblerait une moyenne des écritures du monde entier.

Bic en tête. Le fabricant de stylos a lancé un projet nommé «The universal typeface», soit la «police de caractères universelle». Le site dédié propose ainsi aux visiteurs de tracer les lettres de l’alphabet, qu’algorithme spécialement développé enregistre avant de calculer la «moyenne» de tous les tracés, autrement dit l’écriture universelle, qui évolue au fil des tracés.

Une police de caractères téléchargeable

A ce jour, des contributeurs originaires de 104 pays ont dessiné près de 700.000 caractères. L’outil fournit tout un ensemble de statistiques sur les volontaires qui se sont prêtés à l’expérience. On apprend ainsi que les Français qui ont fait don d’un échantillon de leur écriture étaient pour les trois quarts âgés de 15 à 29 ans, c’étaient des hommes à 71 % et des droitiers à 90 %.

La grosse limite de cette expérience est qu’elle utilise des caractères tracés sur un écran tactile, ce qui n’est pas exactement la même chose que d’écrire sur du papier. Et fatalement, elle n’est représentative que de ceux qui y ont participé, c’est-à-dire (à cet instant précis) en majorité des étudiants de sexe masculin.

Il n’en reste pas moins intéressant, après avoir enregistré son alphabet de comparer sa propre écriture à la moyenne de toutes les autres, c’est-à-dire, puisqu’il s’agit d’une moyenne, à un ensemble de lettres désespérément droites et symétriques. L’expérience continue jusqu’en août, puis «l’écriture universelle» sera transformée en une police de caractères téléchargeable.