Les jouets connectés de Parrot en vente avant l’été

OBJETS CONNECTES La firme française Parrot vient de confirmer le lancement, avant l’été, de ses deux jouets connectés, les Rolling Spider et Jumping Sumo…  

Christophe Séfrin

— 

Le Rolling Spider peut voler, mais aussi rouler, monter sur les mur et ramper au plafond...
Le Rolling Spider peut voler, mais aussi rouler, monter sur les mur et ramper au plafond... — PARROT

On va bien s’amuser! Parrot a officialisé ce mardi la mise en vente «dans les prochaines semaines» de ses joujoux connectés, le Rolling Spider et le Jumping Sumo. Dévoilés lors du salon CES de Las Vegas, ces deux jouets truffés de techno et pilotables par smartphones ou tablettes s’inscrivent dans la mouvance actuelle de l’internet des objets.

Tout sauf un jouet d’éveil

«J’ai toujours voulu faire des jouets, mais sérieusement», explique Henri Seydoux, le PDG de Parrot, qui évoque un nouvel univers fait de mini et de micro drones. Selon le désormais célèbre Géo Trouvetout français, le Rolling Spider est «vraiment l’araignée au plafond». Objet roulant et volant pas clairement identifié, l’appareil à l’autonomie de quelques minutes seulement n’est pas, selon Henri Seydoux, «un jouet d’éveil». Avec sa portée de 20 mètres en Bluetooth, le Rolling Spider a tout pour séduire les petits et grands enfants. «La magie du truc, c’est la touche décollage», s’enthousiasme Seydoux, encore comme un gamin devant le jouet qu’il a lui même créé…

 

Le Rolling Spider et le Jumping Sumo en action.

 

Casser les pieds aux parents

De son côté, le Jumping Sumo va plus loin. Ou plus haut. Car le bidule peut sauter du sol sur une table. Il roule, fait des demi-tours «à toute berzingue» et peut streamer de la vidéo depuis la caméra qu’il embarque. Le Jumping Sumo est même programmable. Il est ainsi possible d’orchestrer des chorégraphies que l’on pourra ensuite partager avec la communauté d’utilisateurs sur le cloud de Parrot. Selon Henri Seydoux, le Jumping Sumo est «vraiment le truc pour casser les pieds des parents». Pour acquérir les deux joujoux, il faudra d’abord casser sa tirelire, mais pas trop: le Rolling Spider sera proposé à 99 euros; le Jumping Sumo à 159 euros. Des tarifs qui, au regard de la technologie embarquée, semblent des plus honnêtes.