Nintendo désolé de ne pas autoriser les mariages homos dans un jeu

JEUX VIDEO Un Américain a lancé une pétition pour que le jeu de simulation «Tomodachi Life» autorise les mariages entre personnes du même sexe...

Mathias Cena

— 

«Tomodachi Life», le jeu de Nintendo doit sortir le 6 juin en France.
«Tomodachi Life», le jeu de Nintendo doit sortir le 6 juin en France. — nintendo

Roucoulements contrôlés. «Tomodachi Life» («Tomodachi» signifie «amis»), qui doit sortir en France le 6 juin sur Nintendo 3DS, est une sorte de «Les Sims» mâtiné de «Animal Crossing», soit une simulation de vie qui met en scène des personnages dont le joueur est témoin des interactions: vie quotidienne, amours… Mais contrairement aux «Sims», il existe certaines limites à ces interactions. Le mariage entre Miis (les avatars de Nintendo) de même sexe, par exemple.

Alors que le jeu, grand succès au Japon, doit également sortir aux Etats-Unis début juin, une pétition a été lancée par un Américain auprès de Nintendo pour qu’il amende son jeu: «Comme le jeu se concentre sur les relations», l’absence de mariages entre Miis du même sexe «est un problème pour beaucoup de joueurs LGBTQ (lesbien, gay, bisexuel, transgenre ou queer)», écrit Tye Marini, qui a créé une page Facebook et un compte Twitter pour sa campagne «Miiquality» («Mii-égalité»).

Excuses de Nintendo

Après avoir signifié dans un communiqué qu’elle ne modifierait pas son jeu, l'entreprise japonaise a présenté ses excuses «pour avoir déçu autant de joueurs» en n’incluant pas les mariages de même sexe. Assurant qu’il n’est pas possible d’effectuer «les changements en profondeur» nécessaires à l’adaptation demandée, Nintendo s’engage à réfléchir, pour un éventuel prochain opus, à une expérience de jeu «qui représenterait mieux tous les joueurs».

L’année dernière, une rumeur avait fait état d’un «bug» dans la version japonaise qui aurait permis le mariage entre deux Miis de sexe masculin. Nintendo l’avait démentie en l’expliquant par une mauvaise interprétation de la langue japonaise par son auteur.