Digital Interactive rend vos tables «intelligentes»

À Grenoble, Souhir Bousbih

— 

Digitale Interactive

Et si demain, on commandait son menu directement sur sa table au restaurant ? On connaissait les bornes interactives, utilisées notamment dans les fast-foods, mais Renaud Collin et ses quatre associés de l’entreprise Grenobloise Digitale Interactive ont poussé le concept plus loin: «  Nous avons développé un logiciel qui permet d’utiliser la table tactile à plusieurs. On peut à la fois voir la carte, choisir son menu et le payer» explique le tout jeune directeur de l’entreprise (25 ans), Renaud Collin.

Dépoussiérer la restauration

Cette idée, c’est lui qui l’a développée en 2011, dans le cadre de son projet de fin d’études à l’école Polytech Grenoble. Porté par l’incubateur GATE 1  pendant deux ans, le projet se mue en entreprise à l’été 2013. Neuf personnes y travaillent aujourd’hui et développent des logiciels pour créer de la «technoconvivialité». Une idée toute neuve, qui pourrait complètement changer notre vision d’une sortie au resto: « Nous voulons transformer le temps d’attente en divertissement. En attendant son plat, on peut jouer à plusieurs sur la table, ou surfer sur internet. Il existe une multitude d’applications annexes,  pour passer un bon moment entre amis ou en famille » poursuit le jeune homme.

Le client y trouve son compte, mais le personnel n’est pas en reste: « Le serveur n’a plus besoin de venir prendre la commande et gagne du temps. Le restaurateur, de son côté, a une vue globale sur son restaurant.  Il peut savoir qui a été servie, et qui a payé. Par ailleurs, quand son frigo sera plein, il lui sera possible d’organiser des ventes flash, pour optimiser ses stocks» précise Renaud Collin. Et ce n’est pas tout: grâce à des étiquettes collées au dos des assiettes, le plat pourra être reconnu par la table, et le client sera en mesure de connaître sa composition, son histoire…et même savoir qui l’a cuisiné.

Un prix encore rédhibitoire

Toute cette technologie a un coût: « Il faut compter environ 20 000 euros pour 4 tables. On est sur quelque chose de récent, ce qui explique ce prix élevé. Mais dans quelques années, ce tarif va inévitablement baisser » rassure Renaud Collin. En attendant que le marché décolle, l’équipe de Digitale Interactive propose ses services à d’autres entreprises: «On s’adapte à la demande. Pour les restaurants, on se cale sur le format standard des tables, mais on travaille aussi sur des vitrines, des bornes ou sur des tables basses, pratiques pour les espace cafés et les showrooms» résume-t-il.

S’il est difficile de faire des estimations de bénéfice pour l’année 2014, Digital Interactive a déjà une idée pour 2015: « C’est un marché à fort potentiel. Nous visons un chiffre d’affaire d’un million et demi pour l’année prochaine, et nous souhaitons nous implanter en Europe d’ici cinq ans ».

En attendant, la start-up travaille sur le premier restaurant entièrement équipé de tables tactiles en France, «  Max à table », dont l’ouverture est prévue le 30 avril prochain à Bordeaux.