Le jeu vidéo, le cheval de Troie d'Amazon, pour conquérir la télévision

HIGH-TECH Le géant vient de racheter le studio derrière le dernier «Killer Instinct», Double Helix Games, alors que les rumeurs sur la sortie prochaine d'une console se multiplient...

Philippe Berry

— 

«Killer Instinct», sur Xbox One, du studio Double Helix Games.
«Killer Instinct», sur Xbox One, du studio Double Helix Games. — MICROSOFT STUDIOS

Le salon, Jeff Bezos n'y pense sans doute pas qu'en se rasant le crâne. Jeudi, un pas de plus a été franchi dans sa feuille de route, avec l'annonce officielle du rachat du studio américain Double Helix Games, à qui l'on doit le dernier «Killer Instinct» sur Xbox One.

Si Microsoft reste propriétaire de la juteuse licence, Amazon muscle sa division jeu vidéo avec ce rachat. Le studio s'est fait un joli nom, notamment pour son moteur 3D, HEX, qu'il emmène dans ses valises, ainsi que ses 75 développeurs. Double Helix a été fondé en 2007 lors de la fusion des studios The Collective et de Shiny Entertainment, derrière le célèbre Earthworm Jim dans les années 90.

Jeff Bezos ne va pas s'arrêter là. Un panneau «on embauche» orne la page Amazon Game Studios, qui n'avait, jusqu'ici, proposé que quelques titres casual sur iOS, Android et Kindle.

Rumeurs autour de la sortie d'une console de salon

Désormais, toutes les étoiles semblent être alignées pour qu'Amazon s'attaque à sa véritable cible: la télévision. Selon des sources de VG247.com, Jeff Bezos va dégainer une console de salon cette année. Elle tournerait sous Android et proposerait des jeux en téléchargement et streaming, en plus de tous les autres services de l'entreprise de Seattle, qui s'est positionnée comme un concurrent de Netflix avec Amazon Instant. Jeudi, une nouvelle salve de pilotes de séries a d'ailleurs été lancée.

Alors qu'Apple traîne pour passer aux choses sérieuses avec son Apple TV, que Google TV a fait un flop et que des Petits Poucets comme Ouya n'ont pas vraiment réussi à faire leur trou, Amazon a un coup à jouer. Avec une arme de destruction massive sur le front publicitaire: sa boutique en ligne, et la possibilité d'intégrer, à terme, un achat en un clic depuis le canapé.