Tim Cook fait du teasing sur les futurs projets d'Apple

HIGH-TECH Le patron d'Apple imagine un ordinateur au poignet, et se dit peu intéressé par des lunettes à réalité augmentée...

avec AFP

— 

Tim Cook, le successeur de Steve Jobs à la tête d'Apple, photographié le 11 janvier 2011 à New York.
Tim Cook, le successeur de Steve Jobs à la tête d'Apple, photographié le 11 janvier 2011 à New York. — Mark Lennihan/AP/SIPA

Le directeur général du groupe américain Apple, Tim Cook, voit des promesses dans l'idée de réduire la taille des ordinateurs pour qu'ils puissent être portés dans des montres ou d'autres accessoires, mais moins dans les lunettes sur lesquelles parie le rival Google.

«Le poignet est intéressant»

Apple est «incroyablement intéressé» par le domaine de l'informatique pouvant se porter, a assuré Tim Cook mardi soir lors d'une conférence organisée en Californie par le site spécialisé dans le secteur technologique AllThingsD, qui en a publié les meilleurs extraits.

Les lunettes interactives de Google, qui n'existent aujourd'hui qu'à l'état de prototype et ont un prix annoncé de 1.500 dollars, ne seront «probablement pas un marché de masse», a jugé M. Cook. «Je ne connais pas beaucoup de gens qui portent (des lunettes) alors qu'ils n'en ont pas besoin», a-t-il relevé.

«Le poignet est intéressant», a-t-il en revanche estimé, même si «on doit encore convaincre les gens que cela vaut le coup de porter (ce style l'appareil): la plupart des jeunes gens ne portent pas de montre».

Tim Cook ne confirme par les rumeurs d'iWatch

Selon des rumeurs récurrentes, Apple aurait justement un tel projet de montre, dit iWatch. M. Cook n'a pas confirmé mais assuré que son groupe avait «plusieurs» projets susceptibles de «changer les règles du jeux» sur le marché de l'informatique.

M. Cook a une nouvelle fois reconnu que le cours de l'action Apple, toujours située à 37% en-dessous de son sommet historique de 702,10 dollars en septembre, était «frustrant». Mais le groupe n'est «absolument pas» en difficulté face à son rival sud-coréen Samsung, qui vend plus de smartphones que lui, a-t-il affirmé.

Le patron d'Apple a par ailleurs indiqué avoir refusé de passer un accord dans une affaire de cartel illégal sur le prix des livres électroniques pour laquelle le groupe comparaîtra la semaine prochaine devant la justice américaine. «Nous n'avons rien fait de mal», a-t-il affirmé, «nous allons nous battre».