Essai neige Cupra Born: Sport d’hiver en électrique

Auto Une voiture électrique peut-elle être fun et joueuse en conditions extrêmes ? Pour le savoir, on a poussé la Born sur un lac gelé, dans le nord de la Finlande. On vous emmène.

Stéphane Lémeret
— 
Cupra Born
Cupra Born — DR

Pour certains, la voiture électrique est un engin lourdaud sans foi ni voix, incapable de procurer du plaisir sportif. Mais comme nous l'avions déjà découvert ici, la Born de chez Cupra  a les atouts physiques propices au dynamisme, avec une architecture de propulsion à moteur arrière. Pour jauger son équilibre sur le verglas et voir comment la Cupra résiste au froid, on a mis le cap sur le Grand Nord.

Cupra Born
Cupra Born - DR

Drifts « éco-silencieux »

Le thermomètre affiche -10°C. A cette température, la batterie ne peut pas activer l’e-boost optionnel, qui porte la puissance de 204 à 231 ch pendant quelques secondes. Dommage. Mais le couple instantané fait facilement dériver le popotin de cette Cupra, bien que l’ESP (pas totalement désactivable) interdise une trop large dérive. On peut donc drifter, mais léger. Et en silence, ce qui est un peu déroutant, mais pas gênant.

Cupra Born
Cupra Born - DR

Si cette Cupra électrique est amusante à faire danser malgré son poids total, c’est parce qu’elle est mieux balancée que la plupart de ses rivales : son moteur arrière lui assure une parfaite répartition des masses (50% à l’avant et 50% à l’arrière). Pas sûr qu’une électrique à roues avant motrices aurait enchaîné les virages aussi agilement que la Born dans ces conditions extrêmes…

Cupra Born
Cupra Born - DR

Ce qui est certain, par contre, c’est que la conduite musclée n’est pas idéale pour une voiture à pile car elle réduit très fort l’autonomie. Surtout par grand froid... La morale, c’est que pour danser avec plaisir sur la glace en voiture électrique, il faut bien choisir sa partenaire et ne la secouer qu’avec modération.