Essai Fiat 500 3+1: Un peu plus familiale

Auto Fiat élargit la gamme de sa nouvelle 500 d’une version voulue un peu plus pratique par l’ajout d’une petite portière supplémentaire côté passager, facilitant l’accès à l'arrière. Une variante de carrosserie sobrement baptisée "3+1".

Stéphane Lémeret
— 
Fiat 500
Fiat 500 — DR

Malgré sa portière supplémentaire, les cotes extérieures de cette 3+1 ne progressent pas par rapport à une 500 classique (3,63 m), permettant de conserver les excellentes aptitudes en environnement urbain, notamment en termes de rayon de braquage. Mais, du coup, l’habitabilité ne progresse pas non plus. Dès lors, embarquer quatre adultes de taille moyenne ne pourra se faire que sur de courts trajets, en raison d’une garde au toit et aux jambes très limitées à l’arrière.

Fiat 500
Fiat 500 - DR

En revanche, la portière supplémentaire apporte un plus indéniable en termes d’accessibilité. A ouverture antagoniste ("à l’envers"), elle ne peut s’ouvrir que lorsque la portière avant est déjà ouverte, puisque la poignée se situe sur sa partie intérieure. Cela permet de profiter d’une large ouverture, qu’apprécieront adultes et adolescents appelés à prendre place à l’arrière, mais aussi les jeunes parents qui ne devront plus se contorsionner au moment d’attacher les enfants dans leur siège auto. La Fiat 500 3+1 n’est disponible qu’avec une motorisation électrique de 87 kW (118 ch).  Un moteur bien suffisant pour emmener facilement la citadine, dont l’ajout de la petite portière et son mécanisme n’augmentent le poids total que de 30 kg. Ca fait quand-même 1.395 kg, la batterie à elle seule pesant déjà près de 300 kg. Un poids somme toute conséquent, qu’il a fallu contrebalancer sur la route. L’amortissement est donc très ferme, ce qui pourra se montrer inconfortable lors du franchissement de dos d’âne et sur route dégradée.

Fiat 500
Fiat 500 - DR

Gourmande

Cela n’empêche pas pour autant l’Italienne de faire preuve de beaucoup de rigueur dans son comportement routier. Y compris sur route et autoroute, où le maintien de cap et la stabilité restent inébranlables, même à haute vitesse. Mais c’est bien sûr en ville que la 500 fait merveille, surtout lorsqu’on activera le mode de conduite Range. On profitera alors d’une récupération optimisée de l’énergie pour amplifier l’autonomie, qui se traduit par une décélération très marquée lorsqu’on relâche la pédale d’accélérateur. Il sera ainsi possible de ralentir jusqu’à l’arrêt sans même effleurer la pédale de frein. Une fonction appelée "One Pedal Driving" qui s’avère particulièrement bien dosée et progressive, ce qui n’est pas toujours le cas. À l’inverse, le mode Normal ne dispose que d’une décélération et d’une régénération peu marquées.

Fiat 500
Fiat 500 - DR

Grâce à sa batterie de 42 kWh, la 500 3+1 promet jusqu’à 305 km d’autonomie et même 433 km en cycle exclusivement urbain. Durant nos essais, nous avons relevé une consommation d’environ 17 KWh/100 km, assez élevée compte tenu du gabarit. De quoi espérer atteindre 250 km réels, bien suffisants pour une citadine. Comptez 32.200€ pour la version de base.

La Fiat 500 3+1 La Prima en quelques chiffres

  • Moteur : Electrique, 87kW, 220Nm
  • Transmission : aux roues avant
  • Boîte : automatique monorapport
  • L/l/H (mm) : 3.632/1.683/1.527
  • Poids à vide (kg) : 1.395
  • Volume du coffre (l): 185
  • Batterie(kWh) : 42
  • Autonomie (km) : 305
  • 0 à 100 km/h (sec.) : 9
  • Vitesse maxi (km/h) : 150
  • Conso mixte (kWh/100km) : 14,6
  • Prix (€): 32.200