L’industrie auto et moto japonaise ne mise pas tout sur l’électrique

Auto Kawasaki, Yamaha, Subaru, Toyota et Mazda unissent leurs forces pour le développement de nouveaux moteurs. Surprise : il ne s’agit pas de moteurs électriques.

Stéphane Lémeret
— 
Une Toyota roulant à l'essence synthétique
Lancer le diaporama
Une Toyota roulant à l'essence synthétique — DR

C’est à l’occasion d’une compétition automobile au Japon que Toyota, Subaru, Mazda, Yamaha et Kawasaki ont annoncé former une nouvelle alliance. Avec quel objectif ? Celui de trouver des solutions alternatives à l’électricité pour la neutralité carbone. Leur feuille de route tient en 3 points : participer à des courses en utilisant les « e-fuels », carburants neutres en carbone ; continuer à explorer la technologie à hydrogène, notamment pour les motos ; continuer la compétition grâce à l’hydrogène.

Une Mazda au biodiesel
Une Mazda au biodiesel - DR

Pour 2022, des plans concrets ont déjà été mis en place et plus récemment, une Mazda 3 a évolué en compétition avec un moteur carburant au biodiesel de dernière génération. Ajoutons encore que Ducati et Porsche ont annoncé ces derniers mois qu’ils travaillaient également sur le carburant synthétique (e-fuel). On le répète donc : pour atteindre la neutralité carbone, l’avenir ne sera pas forcément 100% électrique.