Daimler va investir 40 milliards d’euros pour devenir 100 % électrique d’ici 2030

AUTOMOBILE Pour couvrir ses besoins, le constructeur automobile allemand compte ouvrir huit usines de cellules de batteries dans le monde

20 Minutes avec agences
— 
Dès 2025, Mercedes ne lancera plus que des « architectures » 100 % électriques (illustration).
Dès 2025, Mercedes ne lancera plus que des « architectures » 100 % électriques (illustration). — DR

Le constructeur automobile allemand Daimler sera prêt à passer au tout électrique avant 2030 et, pour y parvenir, va investir 40 milliards d’euros au cours de la décennie, a-t-il annoncé ce jeudi. Le fabriquant des Mercedes-Benz compte ouvrir dans le monde huit usines de cellules de batteries, la composante clé des voitures électriques.

Cette décision est le signe de l’abandon accéléré par le secteur automobile des carburants traditionnels sur fond de normes environnementales de plus en plus strictes. « Nous seront prêts si les marchés se tournent entièrement vers l’électrique d’ici la fin de la décennie », note Ola Källenius, patron de Daimler, présentant une « réaffectation fondamentale du capital » au moment où se prépare aussi une scission historique du groupe.

« La Chine doit jouer un rôle-clé »

D’ici la fin de l’année, Daimler compte en effet introduire en Bourse son activité poids lourd Daimler Trucks, devenue autonome. Pour la branche automobile Mercedes-Benz Cars and Vans, Daimler va au total consacrer au moins 40 milliards en moins de dix ans à l’électrification. Les investissements dans les technologies thermiques et hybrides vont baisser de 80 % entre 2019 et 2026.

Mercedes s’attend désormais à une part des voitures hybrides et électriques parmi les ventes mondiales d’au moins 50 % en 2025, contre 25 % précédemment. « La Chine doit jouer un rôle-clé dans la stratégie d’électrification accélérée », affirme le constructeur des luxueuses Classe S, dont le modèle électrique EQS a été dévoilé en avril. La clé de cette stratégie : dès 2025, Mercedes ne lancera plus que des « architectures » – la base technique d’un véhicule qui accueille moteur, roue et châssis – 100 % électriques.

Il va également acquérir la start-up britannique YASA, spécialisée dans les moteurs électriques. Daimler n’a précisé ni échéance ni localisation pour ses huit « giga-usines » de cellules de batteries que le groupe compte installer dans le monde pour couvrir ses besoins. Malgré l’électrification, Daimler compte maintenir le niveau de ses marges, ajoute le groupe.