Essai Toyota Supra 2.0 : petit moteur, grosses sensations

Auto Pour la première fois de son histoire, la Toyota Supra embarque un moteur 4 cylindres. Un petit 2 litres 258 ch, qui rend le modèle plus payable. Pas question toutefois d’y voir une Supra au rabais, bien au contraire !

Stéphane Lémeret pour 20minutes
— 
Toyota Supra 2.0
Toyota Supra 2.0 — DR

Née avec un moteur 3 litres 340 ch d’origine BMW, la Toyota Supra "descend en gamme" en proposant désormais aussi un 2.0 Turbo. Plus exactement, elle s’adresse à une nouvelle clientèle, voire deux. Il y aura tout d’abord ceux qui craquent sur le look du coupé japonais, sensiblement identique à celui du 3 L, et pour qui le prix d’achat revu copieusement à la baisse sera décisif. Car à partir de 53.900 €, la Supra 2.0 est… 12.000 € (!) moins chère que sa grande sœur. Et puis il y aura les autres, ceux qui cherchent une Supra qu’ils peuvent pleinement exploiter sur route.

Toyota Supra 2.0
Toyota Supra 2.0 - DR

Car avec le 3.0, la puissance et l’efficacité sont telles que l’on doit bien souvent calmer ses ardeurs derrière le volant. Cela vaut d’ailleurs pour la plupart des modèles de plus de 300 bourrins, et ce si l’on veut rester à des allures décentes, avant même d’avoir exploité ne serait-ce que la moitié du potentiel de l’auto. Avec une puissance revue à la baisse, cette Supra 2.0 permet de tirer le meilleur parti du moteur et des capacités générales. C’est d’autant plus vrai que le downsizing mécanique s’accompagne d’un allégement de 100 kg. Cette compacité permet en outre un repositionnement du moteur vers l’arrière, et donc une répartition des masses désormais optimale : 50/50.

Toyota Supra 2.0
Toyota Supra 2.0 - DR

Plaisir et polyvalence

Sur la route, malgré son moteur turbo, cette Supra ne rechigne pas à aller chercher les hauts régimes et ne s’étouffe pas trop tôt lorsqu’on monte vers la zone rouge du compte-tours. Cela ne l’empêche pas d’offrir aussi une belle disponibilité, y compris sous les 2.000 tr/min puisque le couple de 400 Nm est disponible dès 1.550 tr/min. L’exercice du 0 à 100 km/h est réalisé en 5,2 secondes – soit 0,8 de plus qu’avec le 3 L – mais les sensations à bord n’en restent pas moins franches et nettes en toutes circonstances, notamment grâce à une excellente motricité.

Tout cela est encore plus exacerbé lorsqu’on active le mode Sport et qu’on prend le contrôle de la boîte automatique grâce aux palettes du volant. En conduite active, cette Supra se montre très incisive mais garde le cap avec une étonnante facilité. Et si en plus on désactive le contrôle de trajectoire, elle accepte de drifter avec tout autant d’aisance ! Que ce soit pour la précision de la conduite ou le vrai fun, les conducteurs aguerris apprécieront.

Toyota Supra 2.0
Toyota Supra 2.0 - DR

Mais pour que cette Toyota soit vraiment parfaite, on aurait aimé une direction plus communicative, au rendu moins aseptisé que dans le cas présent, ainsi qu’une sonorité moteur plus travaillée. Car si quelques claquements viennent parfois flatter l’oreille, la partie acoustique reste trop artificielle.

Toyota Supra 2.0
Toyota Supra 2.0 - DR

Au final, cette Supra 2.0 sera parfaitement utilisable pour un usage quotidien, tout en procurant un vrai plaisir à son conducteur "à la demande". Il faudra toutefois surveiller son pied droit sous peine de multiplier les passages à la pompe : 11 L/100 km lors de notre essai, pour 7,4 L/100 km annoncés (168 g CO2/km).

La Toyota Supra 2.0 en quelques chiffres

  • Moteur : 4 cyl. essence, turbo 1.998cc ; 258ch de 5.000 à 6.500 tr/min ; 400Nm de 1.550 à 4.000 tr/min.
  • Transmission : aux roues arrière.
  • Boîte : auto 8 rapports.
  • L/l/h (mm) : 4.379/1.854/1.299
  • Poids à vide (kg) : 1.395
  • Volume du coffre (l) : 290
  • Réservoir (l) : 52
  • 0 à 100 km/h (sec.) : 5,2
  • Vitesse maxi (km/h) : 250
  • Conso mixte (l/100 km) : 7,4
  • CO2 (g/km) : 168
  • Prix (€) : 53.900