• La France affronte les Blacks ce samedi soir au Stade de France avec une équipe démunie.
  • Les petits comiques de la Boucherie Ovalie imaginent le scénario de la rencontre

ILS SONT DE RETOUR. Deux ans après nous avoir enchantés avec le tome 1, les garnements de la Boucherie Ovalie ont encore profité du cancer de l’assistanat pour commettre un nouveau crime, intitulé Guide de survie au pays du rugby. On se tape sur les cuisses de bout en bout, et ça nous a donné une idée : une discussion à bâtons rompus sur l’art de la « branlée » à la française avant que l’autobus néo-zélandais ne vienne rouler sur les Marie-Louise de Guy Novès samedi au stade de France, puis mardi au « Formidable Outil ». Beaucoup de procès en diffamation à venir, sans doute, mais ça valait le coup. Merci à @JohnPils, @Copareos, et @BastienJoseph (on a gardé le meilleur).

>> A lire aussi : XV de France: Objectifs impossibles, pression de Laporte… Guy Novès est-il déjà cuit chez les Bleus?

Première question un peu basique : dans quelles conditions regarder le match de samedi pour bien profiter de la « branlée » ?

- Alors comme pour un bon porno, puisque ça risque d'être une orgie collective à heure de grande écoute. Pas trop habillé, donc.

- Ou alors ivre, pour se rappeler plus facilement de ce qu’était encore le XV de France quand il jouait au rugby.

Vu les forces en présence, est-ce qu’on peut assister à la plus belle « branlée » de l’histoire du rugby français ?

- Ce sera dur de faire aussi bien que le quart de finale de la Coupe du monde 2015. C’était quand même la Coupe du monde.

- Oh là, impossible n’est pas français, monsieur.

- Mardi, pour le deuxième test, là ça peut être pire que tout, donc il faut absolument regarder.On va voir des mecs dont ce sera probablement la seule sélection en carrière se faire humilier en prime time, et le pire c’est qu’on ne pourra même pas leur en vouloir. Il y aura du courage sur le terrain.

La compo du match de mardi, elle craindra tant que ça ?

- Ce qui est fort avec le rugby français, c’est qu’on pousse toujours le curseur plus loin. Les gars qui vont au casse-pipe, c’est pas nouveau, mais d’habitude c’est pour les tournées d’été, quand il manque les demi-finalistes du Top 14 et que les mecs sont cramés. Là, avec les blessés, on balance un groupe digne des pires expéditions punitives de l’histoire des tournées manquées.

- Le truc marrant, c’est que la Fédé a organisé ce match pour avoir plus de recettes, alors que tout l’argent qu’on va gagner ne suffira pas à couvrir les frais de thérapie de groupe derrière. Entre les médecins pour soigner les blessés, les cellules psychologiques, la Fédé va être déficitaire.

- D’ailleurs j’appelle tous les joueurs jusqu’à la Fédérale 3 à se tenir prêts pour être appelés contre l’Afrique du Sud et le Japon. Il ne restera pas grand monde debout mardi soir.

Les Blacks sont en fin de saison quand même. Est-ce qu’ils ont vraiment envie de nous mettre une trempe ?

- C’est vrai que les mecs viennent plus pour faire la fête aux Champs-Elysées qu’autre chose.

- J’ai lu un truc cette semaine, je sais plus quel joueur des Blacks était interrogé sur le XV de France, il avait du mal à citer un joueur qu’il connaissait, à part Picamoles en cherchant bien.

- Attends, ils doivent savoir qui est Bastareaud en Nouvelle-Zélande depuis le coup de la table de nuit. C’est peut-être pour ça qu’il a été rappelé d’ailleurs, pour qu’ils connaissent au moins un mec en face.

A votre avis, il faudrait descendre jusqu’à quelle équipe des Blacks pour que les Bleus aient une chance de gagner. La M ? La Y ? LA Z ?

- La Z avec une moitié de moutons, ça doit être possible.

- C’est ce qui est génial avec le rugby français d’ailleurs, on arrive à être moins bons que des pays qui ont dix fois moins de joueurs de rugby que nous ou même par des îles qui vont bientôt disparaître.

- Il est temps d’accepter qu’on est nuls. On sera jamais au niveau des Blacks ou de l’Angleterre, qui part pourtant du même point que nous. Bon, on est quand même dans le top 10 mondial, ce qui n’est pas dur vu qu’il y a dix pays qui jouent au rugby.

Le rugby français nous a déjà habitués au n’importe quoi, mais est-ce qu’il nous a déjà fait plus honte qu’en ce moment ?

- Oui quand même, n’oublions pas que le Racing a été champion de France récemment.

- En quinze jours, on peut quand même prendre trois branlées, parce qu’il ne faut pas oublier le match contre l’Afrique du Sud [le 18 novembre],perdre l’organisation de la Coupe du monde 2023 et avoir Bernard Laporte mis en examen. Je pense que c’est le seul grand Chelem que peut nous offrir la Fédération pour les dix ans à venir.

En vrai, est-ce qu’on peut souhaiter autre chose que prendre 50 pions samedi quand on aime le XV de France ?

- Les gens qui suivent vraiment le rugby, ce qui doit faire 1 % de la population,veulent que ça explose. Les 99 % qui restent vont espérer un exploit, mais franchement…

- S’il y a un exploit, on n’est à l’abri de rien, on va encore vivre dessus pendant dix ans en attendant que ça revienne. Comme en 2011, personne n’a compris qu’on se retrouve à un point de gagner une finale de Coupe du monde.

C’est quoi le scénario de la « branlée » idéale contre les Blacks, dont vous n’oseriez même pas rêver ?

- Une bagarre générale. Entre joueurs du XV de France si possible. Une bonne « branlée » sans générale, ça n’a pas la même saveur.

-Le premier essai contre son camp de l’histoire du rugby, ce serait pas mal aussi.

- Et Guy Novès qui refuse de se présenter en conférence de presse à la fin. « Avec mon palmarès, je n’ai pas à répondre à vos questions ».