A la frontière de l’arrogance. Bernard Laporte, qui s’est exprimé mercredi devant la commission des affaires culturelles de l’Assemblée sur la candidature bien mal en point de la France pour l’organisation de la Coupe du monde en 2023, a pris de haut une question de Michel Larrive, député de la France insoumise.

>> A lire aussi: Mondial 2023 de Rugby: «52 morts par jour et l'Afrique du Sud est aussi bien notée que nous sur la sécurité?» Laporte ne décolère pas

Ce dernier a en effet interrogé le président de la FFR sur le rôle qu’ont pu jouer les soupçons de conflit d’intérêts qui le poursuivent dans la considération portée à la candidature française par les instances du rugby international. Une question légitime, puisque la France a été classée en 2e position derrière l’Afrique du Sud par la Fédération internationale, alors que Bernard Laporte et Claude Atcher, le responsable du dossier 2023, doivent faire face à diverses accusations de favoritisme.

La réponse de Bernard Laporte a été cinglante, a rapporté RMC : « Il y a l’Inspection générale (de la jeunesse et des sports, IGJS) qui a été saisie. J’en ai lancé deux (de telles enquêtes), quand j’ai été ministre des Sports. Vous ne l’avez jamais été, vous ne le serez certainement jamais », a taclé l’ancien secrétaire d’Etat aux Sports (2007-2009), qui n’a décidément peur de rien.