Laurent Blanc, l'entraîneur du PSG, le 19 janvier 2016 au Parc des Princes.
Laurent Blanc, l'entraîneur du PSG, le 19 janvier 2016 au Parc des Princes. - KENZO TRIBOUILLARD / AFP

C’est la fin d’un incroyable marathon de 14 matchs joués au rythme de tous les trois jours depuis début janvier. Victime d’un calendrier de malade en 2016, le PSG s’en est pourtant bien sorti avec un seul nul pour 13 victoires. La dernière en date samedi face à Reims (4-1), qui donne entière satisfaction à l’entraîneur Laurent Blanc. « On est satisfait d'avoir gagné bien sûr, mais aussi d'avoir eu cet état d'esprit quatre jours après un match de Ligue des champions, explique-t-il. On sait que c'est difficile de jouer avant, mais c'est aussi difficile de jouer après, il y a eu beaucoup d'énergie dépensée contre Chelsea ».

Trapp « hasardeux »

Si Zlatan Ibrahimovic a été somptueux (deux buts, deux passes décisives), on ne peut vraiment pas en dire autant du gardien Kevin Trapp, coupable d’une grosse erreur d’appréciation sur le seul truc qu’il a eu à faire du match. « C’est un but stupide, je l'ai dit aux joueurs à la mi-temps, poursuit Blanc. Ils m'ont dit que le ballon était dévié, du banc de touche je ne l'ai pas vu. Reste que le ballon n'est pas fort, le tir pas impressionnant, et on ne doit pas prendre de but comme ca. La sortie de Trapp est hasardeuse mais le travail des défenseurs aussi était hasardeux. »

Bref, peu importe, voilà le PSG en « vacances ». C'est-à-dire qu’ils ont enfin une vraie semaine de repos avant leur prochain match, dimanche soir à Lyon. Du coup, Laurent Blanc en profite pour accorder un congé complet à ses hommes. « J'espère qu'ils ne feront pas de folie sur ces deux jours », conclut Blanc.

Du genre dire n’importe quoi devant une caméra en fumant la chicha ?

Mots-clés :