Euro 2016 : Deschamps et Lloris n’ont rien lâché sur Umtiti, mais c'était bien marrant

FOOTBALL Le sélectionneur et le capitaine des Bleus ont joué le jeu avec les journalistes qui cherchaient à savoir lequel des deux défenseurs jouerait face à l'Islande en quart de finale de l'Euro 2016...

Nicolas Camus

— 

Didier Deschamps et Hugo Lloris en conférence de presse avant France-Russie, le 28 mars 2016 au Stade de France.

Didier Deschamps et Hugo Lloris en conférence de presse avant France-Russie, le 28 mars 2016 au Stade de France. — Christophe Ena/AP/SIPA

Au Stade de France,

Ils devaient s’y attendre, alors ils ont pris ça avec le sourire. Présents comme d’habitude en conférence de presse de veille de match, samedi, Didier Deschamps et son capitaine Hugo Lloris ont évidemment été questionnés sur l’identité du défenseur qui accompagnera Laurent Koscielny lors du quart de finale contre l’Islande. Enfin, pas directement. Car les journalistes savent y faire pour trouver des chemins tortueux et guetter le moindre début de semblant de confirmation que ce serait bien Samuel Umtiti le titulaire.

>> A lire aussi: Pourquoi Samuel Umtiti est le meilleur défenseur du monde et même de l’univers

Ce petit jeu a donné lieu à des scènes assez cocasses. La meilleure est offerte par DD lui-même. Innocemment, un journaliste lui demande comment se passe l’intégration d’Umtiti dans le groupe, et ce que pense le sélectionneur de ses qualités de défenseur (rien à voir avec le match, bien sûr). « Et tu veux que je te donne celles de Mangala aussi ou t’en fous ? », relance Deschamps en se marrant. Sourires dans l’assemblée, le sélectionneur reprend : « J’te jure, ces questions… Sam [Umtiti] est jeune mais a déjà une bonne expérience avec la Ligue des champions. Il est aussi champion du monde des moins de 20 ans, et s’il va dans le club où il va [le Barça] ce n’est pas par hasard. Il a des qualités de duels, une bonne technique de relance. Il a tout pour être un défenseur de haut niveau ».

Bien joué DD. La deuxième salve arrive quelques minutes plus tard. « L’Islande propose un jeu athlétique, est-ce qu’il faudra répondre sur le même terrain ou privilégier la vitesse ? », demande un autre confrère, avec une référence bien dissimulée aux qualités physiques de Mangala et de relance d’Umtiti. « Demande plutôt qui va jouer », répond dans un premier temps Deschamps, bon joueur, avant d’ajouter : « L’Islande a ces qualités physiques, oui, mais il y a aussi de bons techniciens [il cite même trois noms pour faire bien]. Le haut niveau, c’est beaucoup d’impact de toute façon. L’idéal, c’est d’avoir les deux… » Il pourrait s’arrêter là mais conclut, visiblement de bonne humeur : « Voilà, et maintenant tu te débrouilles avec ma réponse ».

« Qui que ce soit demain, il aura ma confiance »

Deschamps 2, la presse 0. Avant le sélectionneur, Hugo Lloris avait eu droit lui aussi à sa petite tentative. Un poil plus directe, quand même, puisque la question était de savoir quel rôle il peut avoir, en tant que gardien et capitaine, pour aider le jeune Umtiti à se préparer si jamais, peut-être un jour, il devait disputer sa première sélection. Grand sourire du Spur, qui prend quelques secondes avant de lâcher : « Que ce soit Sam [Umtiti] ou Elia [Mangala], il faut avoir une approche un peu plus personnelle c’est sûr. On aime bien, en tant que gardien, avoir un bon feeling avec ses défenseurs centraux. Les détails ont leur importance. J’ai joué avec les deux déjà, Sam à Lyon et Elia en équipe de France, et puis on se côtoie à l’entraînement depuis quelques semaines maintenant donc qui que ce soit demain [dimanche] il aura ma confiance ». Du grand art.