Pour Sepp Blatter, la Fifa «a beaucoup de points communs avec Robin des Bois»

4 contributions
Publié le 26 octobre 2013.

FOOTBALL – Le président de l'instance s’est défendu ce vendredi…

Le président de la Fifa, le Suisse Joseph Blatter, s'est défendu d'être un «parrain» ou un «parasite suceur de sang», lors d'une conférence-débat vendredi à l'université d'Oxford, rapporte le quotidien britannique The Independent.

«Vous pensez peut-être que je suis un parasite impitoyable, suceur de sang du monde entier et du football, le parrain du filon de la Fifa, un intouchable, un intrigant», a-t-il lancé à son auditoire d'étudiants de l'Oxford Union.

«Il n'y a pas beaucoup de qualificatifs que les médias ne m'aient pas attribués ces dernières années. Et je vous mentirais si je disais que cela ne m'a pas blessé», a-t-il souligné.

Il se défend d’être «un parasite»

«Il y a ceux qui vous diront que la Fifa n'est qu'une conspiration, une escroquerie, qui ne rend des comptes à personne, trop puissante pour que quiconque lui résiste», ou qui cacherait «des secrets sordides au plus profond de son quartier général de méchant des films de James Bond», a-t-il ajouté.

«Vous avez peut-être été amenés à croire que la Fifa est le méchant shérif de Nottingham du football, mais la vérité, c'est que nous avons beaucoup plus de points communs avec Robin des Bois», a-t-il affirmé. Il a donné pour exemples l'attribution de l'organisation du Mondial 2010 en Afrique du Sud, qui «a changé la perception des gens et leurs préjugés», et le financement accru du football féminin.

Blatter n'a pas été épargné par les médias ces dernières années, et notamment en Grande-Bretagne après l'attribution de l'organisation du Mondial 2018 à la Russie, préférée à l'Angleterre.

Il avait également été brocardé pour sa dernière réélection à la présidence de la Fifa après sa prise de position contre l'introduction d'une limite d'âge, pour des déclarations sur le racisme dans le football, qu'il avait assimilé à un «jeu», sur la tenue des footballeuses, qui pourraient porter «des shorts plus serrés», ou encore pour avoir nié péremptoirement que le dopage puisse exister dans son sport.

Avec AFP
publicité
publicité
1 Nantes 0 0m
2 Saint-Etienne 0 0m
3 Montpellier 0 0m
4 Caen 0 0m
5 PSG 0 0m

Classement complet

Les dernières contributions

Chargement des contributions en cours

Réagissez à cet article
Vous souhaitez contribuer ? Inscrivez- vous, ou .
Confirmer l'alerte de commentaire
Annuler
publicité
publicité
Se connecter avec Facebook
S'identifier sur 20minutes.fr