Les poursuiteuses de l'équipe britannique de cyclisme sur piste, lors de l'épreuve des Jeux olympiques de Londres, le 4 août 2012.
Les poursuiteuses de l'équipe britannique de cyclisme sur piste, lors de l'épreuve des Jeux olympiques de Londres, le 4 août 2012. - REUTERS

Romain Scotto, à Londres

Avec quatre médailles d’or raflées sur les six possibles, les Anglais commencent sérieusement à agacer leurs adversaires dès qu’ils mettent une roue sur la piste. Isabelle Gautheron, la DTN française, en vient même à prendre la deuxième place de Bryan Coquard en omnium comme une petite victoire, dans la mesure où il est parvenu à devancer l’un des pistards de sa Majesté.

«On est très impressionnés. Ils ont très bien préparé leur affaire. Pendant quatre ans, on a tous été au même niveau et tout à coup, on a l’impression de ne plus jouer dans la même cour», regrette la DTN. Depuis le début des compétitions, la question la «turlupine» sérieusement. Si bien que la presse anglaise a relayé les doutes émis par le staff français.

Cachées dans des housses

Valérie Gautheron assure pourtant qu’elle n’a jamais «eu de doute sur des pratiques dopantes. L’UCI fait ce qu’il faut pour que le cyclisme soit sain.» En revanche, le matériel utilisé par Chris Hoy et sa bande, la laisse perplexe. «Nous, on  nous a interdit des choses sur nos vélos Look qu’on a autorisées aux Anglais et à d’autres nations», s’emballe Gautheron qui embraye immédiatement sur les fameuses roues utilisées par les Britanniques.

«Ce ne sont pas celles fournies par Mavic. Il n’y a aucune vérification sur les roues. Moi  j’aimerais bien voir une roue anglaise. Mais une vraie roue anglaise. Celles qu’ils cachent dans les housses. Pas celles sur les vélos avec les sticks Mavic. Je voudrais savoir comment elles sont faites.» Dans le clan français, le mystère qui entoure ces roues suscite quelques fantasmes.

Un engrenage à l’intérieur des roues

L’installation d’un système «d’entraînement» pour accélérer le mouvement des roues n’est pas exclue. «Qu’il y ait un engrenage ou un mécanisme, je ne sais pas si c’est faisable. Est ce qu’à l’intérieur, il n’y a pas un mécanisme qui permet de donner de l’inertie pour prendre ou garder de la vitesse, peut-être que je fantasme.» Et pourquoi pas un moteur à la Cancellara?