Disparu depuis 62 jours, l'ancien dirigeant de l'UEFA Bernard Ross a été retrouvé en vie

FOOTBALL Diagnostiqué bipolaire, il avait quitté son domicile le 18 octobre, et n'avait plus donné de nouvelles depuis... 

N.C.

— 

L'avis de recherche concernant l'ex-cadre de l'UEFA, Bernard Ross, diffusé par la police anglaise.

L'avis de recherche concernant l'ex-cadre de l'UEFA, Bernard Ross, diffusé par la police anglaise. — Twitter

Le mystère a pris fin. Le Britannique Bernard Ross, ancien responsable de la production télévisée à l’UEFA, était porté disparu depuis le 18 octobre dernier. Il s’est présenté de lui-même à la police de Nyon, en Suisse, en début de semaine, a rapporté La Tribune de Genève mercredi. Il s’est « annoncé de lui-même aux autorités », a précisé la police vaudoise, semble-t-il après avoir vu des avis des recherches avec sa photo dessus.

Diagnostiqué bipolaire, « il ne se rend pas compte du temps qui a passé depuis son départ de la maison », a indiqué sa femme au journal suisse. L’histoire de cet ex-dirigeant est assez folle. Domicilié à Oxford, dans le sud-est de l’Angleterre, il avait prétexté une visite à sa sœur pour quitter la maison. Sauf qu’il ne s’est jamais rendu chez sa sœur, et qu’il n’avait plus donné de nouvelles depuis. Il serait passé à Marseille puis à Grasse, avant de se rendre en Suisse, dans la ville où se trouve le siège de l’UEFA.

Son état de santé s’était détérioré après l’Euro 2016, dont il a dirigé la retransmission TV. « Selon son épouse, la pression fut si soutenue qu’elle aurait fait apparaître les troubles bipolaires de Bernard Ross », explique La Tribune de Genève. Son activité professionnelle en a pâti, et il a fini par partir en octobre de la même année, après accord avec l’instance européenne.

Qu’a-t-il fait pendant ces 62 jours d’errance ?

Ensuite, il a passé son temps entre son domicile et un hôpital psychiatrique. Jusqu’à sa décision de partir, donc. Bernard Ross est « actuellement pris en charge médicalement », a indiqué la police vaudoise mercredi matin. Sa femme et ses quatre enfants sont soulagés, même s’ils ne sauront probablement jamais ce qu’il a fait pendant ces 62 jours d’errance.