France-All Blacks: «Tout le monde a marqué des points ce soir»… Les promesses tricolores viennent bien des bizuths

RUGBY Rafraîchissants et parfois euphoriques, les réservistes du XV de France ont cru jusqu'au bout à l'exploit avant de s'incliner (23-28) ce mardi contre la Nouvelle-Zélande...

Jérémy Laugier

— 

Gabriel Lacroix s'est démené ce mardi, à l'image de ce plaquage sur Liam Squire.

Gabriel Lacroix s'est démené ce mardi, à l'image de ce plaquage sur Liam Squire. — FRANCK FIFE / AFP

  • Avec une équipe new-look, les tricolores ont montré un visage assez séduisant ce mardi à Lyon, ne s'inclinant que de cinq points contre les All Blacks (23-28).
  • Les deux principales révélations de la soirée se nomment Gabriel Lacroix, auteur de deux essais, et Sekou Macalou, omniprésent durant toute la rencontre.

Presque tout le monde leur promettait l’enfer. Mais contre une équipe bis des All Blacks ayant tout de même fière allure, les jeunes réservistes tricolores se sont révélés à la hauteur, ce mardi à Lyon. Les partenaires de Yoann Maestri ont même cru jusqu’au bout à l’exploit (23-28).

Dans un stade vivant son record d’affluence historique (58.607 spectateurs), ces Bleus étaient même en tête à la mi-temps (15-14), grâce notamment à deux essais de Gabriel Lacroix (16e, 29e), l’une des grandes révélations de la soirée. Très présent des deux côtés du terrain, l’ailier rochelais vivant sa première « fausse sélection » à Lyon s’est même offert un superbe raid en solitaire après avoir flairé une passe sautée néo-zélandaise sur son deuxième essai.

>> A lire aussi : Les Blacks s'en sortent, mais c'était serré

Sekou Macalou était vraiment partout

« J’ai vu qu’il y avait un surnombre donc j’ai tenté quelque chose, indique l’intéressé. J’ai eu beaucoup de chance. » Et un peu de talent tout de même, comme pour Sekou Macalou. Le troisième ligne du Stade Français a lui aussi crevé l’écran pour ses débuts avec les Bleus. Impeccable en touche et sauvant son équipe en repoussant Tamanivalu à un mètre de l’en-but (22e), le joueur de 22 ans a incarné le réveil tricolore en fin de rencontre, après une entame de deuxième période ayant laissé entrevoir une marée noire (deux essais en quatre minutes).

>> A lire aussi : «Si nous sommes égoïstes, nous allons prendre une branlée»… Les trois questions sur le match

Au vu de sa percée euphorique amenant le troisième essai d’Henry Chavancy (74e), il est difficile d’imaginer qu’il n’a pas séduit Guy Novès. « Le sélectionneur est venu nous dire que tout le monde avait marqué des points ce soir, confie Gabriel Lacroix. La préparation en trois jours était compliquée mais on ne voulait pas s’en servir d’excuse. Des joueurs ont prouvé qu’ils avaient leur place dans la grande équipe. » A écouter les réservistes du jour, « une bande de copains » est née à Lyon. Et si l’avenir de ce XV de France n’était pas si sombre grâce à eux ?