Roger Federer à Indian Wells
Roger Federer à Indian Wells - SIPA

Guy Forget, directeur de Roland-Garros, et nous autres mortels serons fixés le 10 mai. Car ce jour-là, Roger Federer annoncera s’il zappera ou non les internationaux de France pour participer à « sa » levée du Grand Chelem : Wimbledon.

« Mon genou a beaucoup souffert l’an dernier lorsque je jouais sur terre battue, se justifie Federer devant les journalistes de la RTS. Son forfait à Paris est une piste plus que sérieuse. « Ma pause durerait alors dix semaines, au lieu de sept. Mais une chose est sûre, je ne vais pas jouer juste pour faire de la figuration. »

Eviter de changer radicalement de jeu

Au centre du problème, son style de jeu. La terre-battue est une surface à laquelle il faut s’adapter et ce n’est pas forcément le but du Suisse. « Le but est de continuer à jouer un tennis offensif afin de ne pas avoir à changer radicalement mon approche du jeu lorsque je jouerai sur gazon. J’ai prouvé en 2009 qu’on pouvait remporter Roland-Garros en pratiquant ce tennis », termine-t-il. Bon bah ça va, viens Roger. Joue comme si c’était du gazon, on s’en fiche. On veut simplement te voir.

Mots-clés :