Le président du PSG Nasser al Khelaifi au Parc des Princes, le 10 février 2016.
Le président du PSG Nasser al Khelaifi au Parc des Princes, le 10 février 2016. - PIERRE RAPHAEL/SIPA

Toute la journée de dimanche, on a attendu la réaction du PSG sur l'affaire Serge Aurier. Elle est tombée en début de soirée, preuve que les dirigeants voulaient prendre leur temps pour bien évaluer la gravité de la situation. Sa mise à pied à titre conservatoire, qui le privera de la réception de Chelsea mardi en Ligue des champions, montre que ses insultes envers quelques-uns de ses partenaires et surtout l'entraîneur Laurent Blanc, dans la nuit de samedi à dimanche sur les réseaux sociaux, ne resteront évidemment pas impunis. Mais dans quelles proportions?

>> A lire aussi: Comment le scandale est parti de jeuxvideo.com

Il est seulement écarté pour la réception de Chelsea

Si le PSG est cohérent, la réponse est non. Rentrés en retard de vacances l’hiver dernier, Edinson Cavani et Ezequiel Lavezzi n’avaient pas été retenus durant trois matchs par Laurent Blanc. Pour une faute bien plus grave, on n’imagine pas le club parisien se montrer indulgent avec l’Ivoirien, d'autant que le PSG évoque dans son communiqué des propos «inadmissibles» et l'ouverture d'une «procédure disciplinaire».

PSG : Les excuses de Serge AurierLe défenseur du Paris Saint-Germain s'est excusé pour ses propos tenus à l'encontre de son entraîneur Laurent Blanc, mais aussi de ses coéquipiers.> http://ow.ly/YjjPD

Posté par beIN SPORTS France sur dimanche 14 février 2016

Il est écarté pour plusieurs matchs

C’est la sanction la plus attendue. Elle pourrait être couplée à une retenue financière. La charte de bonne conduite des joueurs parisiens leur impose d’avoir un comportement irréprochable sous peine de se faire retirer une partie de leur prime. «J'ai fait une connerie, a glissé le joueur dans une vidéo diffusée par Canal + et beIN Sports. J'accepte toutes les sanctions, je suis prêt à assumer les conséquences.» A moyen terme, on peut quand même se demander comment se passerait le retour de Serge Aurier au sein du groupe après ses déclarations sur son entraîneur et plusieurs de ses équipiers (Ibrahimovic, Sirigu, Di Maria…). 

Au niveau du point numéro 1, on est moyennement bien

Il est écarté jusqu’à la fin de l’année

Et si Aurier avait terminé sa saison ? Devant la gravité de ses propos, le PSG pourrait décider de l’écarter du groupe jusqu'au mois de mai. Histoire de vraiment calmer les esprits et faire comprendre au joueur qu’il n’a pas le droit de mettre en danger le club de cette manière. Surtout qu’il n’en est pas à son coup d’essai niveau dérapage. Après, ce serait au club de voir. Soit il cherche à le vendre, soit tout le monde est d’accord pour repartir sur de nouvelles bases. Une hypothèse très peu probable.

Il est viré

Il y a l’éthique, et il y a les finances. Dans une entreprise « normale », Aurier serait licencié pour faute grave dans la minute. Mais un club de foot n’en est pas une. Les enjeux financiers sont colossaux. Alors certes, sur le papier, les propriétaires qataris du PSG ne sont pas à quelques millions près, mais cela paraît improbable de renvoyer l’un des meilleurs latéraux de France, sous peine de le voir signer chez un concurrent sans la moindre indemnité. «C’est un actif financier mais aussi un actif d’image incorporel pour le football français», fait remarquer Jean-Michel Aulas sur le site de L’Equipe. Un licenciement paraît donc impossible. A moins que...

Mots-clés :