Présidentielle: Douze gifs pour résumer cette campagne riche en rebondissements

POLITIQUE Des victoires inattendues aux primaires, des affaires en pagaille, des trahisons… Retour en douze gifs qui auront marqué ce marathon politique…

O. G.

— 

Illustration des 11 candidats à l'élection présidentielle le 23 avril 2017.

Illustration des 11 candidats à l'élection présidentielle le 23 avril 2017. — IBO/CHAMUSSY/NICOLAS MESSYASZ/TARDIVON JEAN CHRISTOPHE/SIPA

C’est (enfin) bientôt la fin. Pour se remémorer ces quelques mois d’une campagne hors-norme, riche en débats, surprises et rebondissements, 20 Minutes propose un court résumé en quelques gifs sur les petites phrases, les mimiques cocasses et les slogans qui auront marqué ce marathon électoral.

via GIPHY


Trois grands moments

Premier temps de cette longue campagne, la primaire de la droite et du centre voit la victoire de François Fillon le 29 novembre 2016. Pendant les débats et altercations entre notamment Nicolas Sarkozy et François Fillon, ce dernier lancera une phrase qui restera célèbre… Et qui se retournera contre son auteur.

via GIPHY

En décembre, coup de théâtre, François Hollande décide finalement de ne pas se représenter. Ce qui ouvre la voie à une primaire à gauche, baptisée la Belle alliance populaire, pour départager les candidats. Une primaire à laquelle ni Mélenchon ni Macron ne souhaitent participer.

via GIPHY

Dimanche 29 janvier, deuxième surprise, c’est Benoît Hamon qui remporte la primaire de gauche. Opposé au deuxième tour à Manuel Valls, il s’affiche tout sourire rue de Solférino comme leader des socialistes au soir de sa victoire.

via GIPHY

En février, Jean-Luc Mélenchon fait beaucoup parler de lui… notamment sur la Toile. Et avec quelques innovations comme un meeting où le candidat de la France insoumise monte sur la scène sous forme d’hologramme.

 

via GIPHY

Mercredi 25 janvier, le Canard enchaîné fait trembler la candidature de François Fillon : son épouse est soupçonnée d’emploi ficitf. Des accusations qui vont s’étoffer au cours des semaines, le candidat étant accusé d’avoir employé sa femme et ses enfants. Puis s’ajoutent des affaires de chèque mystérieux, de costumes offerts… Après quelques semaines de doutes, le candidat décide de ne pas céder sa place et de poursuivre son combat. Le 14 mars, le candidat est mis en examen. François Fillon, dont la campagne est freinée par cette multitude d’affaires, affronte aussi la colère dans ses meetings. D’où des images parfois cocasses du candidat enfariné…

via GIPHY

Pendant le dernier mois de cette course de fond, les sondages affichent un retournement brutal : Benoît Hamon s’effondre tandis que Jean-Luc Mélenchon décolle. Si les raisons sont multiples, le candidat du PS souligne que les nombreux désistements (Manuel Valls, Jean-Yves Le Drian, Barbara Pompili et Thierry Braillard…) ne l’ont pas aidé. Car quantité de poids lourds du Parti socialiste rejoignent Emmanuel Macron dans une saga quasi quotidienne en mars.

via GIPHY

Une chute dans les sondages qui fait les affaires aussi d’Emmanuel Macron. Il poursuit son envolée dans les sondages. Et sur l’estrade, le candidat d’En Marche ! ne lésine pas sur les slogans et envolées lyriques. Insistant auprès de ses militants comme de ses détracteurs : oui il a un projet !

via GIPHY

Quant à Marine Le Pen, elle a tracé son chemin sans réellement baisser dans les sondages. Même si la candidate a également eu quelques démélés judiciaires, elle reste solidement en tête des onze candidats pour le premier tour et esquive les convocations devant la police.

via GIPHY

>> A lire aussi: Que risque Marine Le Pen face à la justice?

Quant aux candidats dits « petits », ils ont émergé dans la campagne à partir de mi-mars et du débat à onze sur BFMTV. L’occasion pour eux d’attaquer leurs concurrents et de marteler leurs propositions.

via GIPHY

via GIPHY

via GIPHY

via GIPHY

>> A lire aussi: VIDEO. Top 5 des trucs les plus dingues de la campagne