Rencontre: Tinder pourrait trouver l’amour à notre place grâce à l'intelligence artificielle

AMOUR Selon son créateur, l’application de rencontre pourrait, dans le futur, se servir de l’essor de l’intelligence artificielle pour faciliter les rencontres entre utilisateurs…

Marie de Fournas

— 

L'IA s'invitera bientôt sur Tinder

L'IA s'invitera bientôt sur Tinder — Nathan Rupert

Serez-vous toujours maître de vos rendez-vous sur Tinder ? C’est la question que l’on peut se poser en écoutant son fondateur et patron Sean Rad. Ce dernier a déclaré, lors d’une conférence donnée mardi dans le cadre d’un événement Google, que l’avènement de l’intelligence artificielle pourrait, à terme, révolutionner son application en permettant de faciliter les matchs entre utilisateurs, rapporte la BBC. Plus besoin de chercher vos prétendant(e) s, Tinder s’en chargera très bien pour vous.

>>À lire aussi: VIDEO. Et si on se comportait dans la vraie vie comme sur Tinder?

« Dans cinq ans, Tinder pourrait être si performant qu’il suffira de dire : 'Hey Siri [l’assistant intelligent d’Apple], il se passe quoi ce soir ?' Tinder pourrait intervenir et lancer : 'Il y a quelqu’un en bas de la rue qui pourrait vous plaire. Vous lui plaisez, en tout cas. Il/elle est libre ce soir. Je sais aussi que vous êtes fan du même groupe, qui joue en live justement . Vous voulez que je prenne des places ? Ah, et vous avez un match.' », a-t-il imagé.

Plus c’est facile, plus c’est compliqué

Une évolution qui pose toutefois plusieurs problèmes selon Jean-Claude Kaufmann, sociologue du couple. En cause, le fait de dépendre d’un algorithme pour établir quelles individus sont faits pour aller ensemble. « Cela nous enferme dans une bulle en compagnie exclusif de personnes qui nous ressemblent », averti le sociologue interrogé par 20 Minutes. « C’est illusoire de croire que l’on peut définir ainsi l’homme ou la femme qui nous correspond. »

Une illusion qui en cache une autre. « Le premier contact va effectivement être plus facile. La première soirée a de bonnes chances de bien se passer, mais cela risque de faire oublier que construire une vraie relation n’est pas aussi simple », note Jean-Claude Kaufmann. « Les concepteurs ne pensent qu’à faciliter, améliorer, multiplier les rencontres, mais ils ne se posent pas la question du véritable impact sur les relations amoureuses », poursuit-il.

>> A lire aussi : Tinder propose des dizaines de genres à ses utilisateurs

Or, dans un futur plus lointain, Sean Rad envisage d’aller encore plus loin en intégrant la réalité augmentée à Tinder via des lunettes. Celles-ci donneraient accès d’un simple regard à de nombreuses informations sur les utilisateurs de Tinder : leur statut amoureux ou encore leurs envies.

Cet outil permettrait ainsi de faire des rencontres sans avoir même besoin de poser des questions de bases et constituerait un moyen de garder la main sur nos rendez-vous en procédant à une sélection drastique. Une aberration pour Jean-Claude Kaufmann pour qui la définition du sentiment amoureux est justement « de ne plus contrôler et d’accepter de s’abandonner à l’autre ».