Tinder propose des dizaines de genres à ses utilisateurs

GENRE L’application de rencontres propose depuis mardi à ses clients aux Etats-Unis, Canada et Royaume-Uni de choisir entre une quarantaine de genres…

O. G.
— 
Illustration de l'appli Tinder.
Illustration de l'appli Tinder. — ROBIN UTRECHT/SIPA

Depuis mardi, les utilisateurs de Tinder aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et au Canada peuvent choisir leur genre parmi 39 définitions. Si auparavant (et dans les autres pays !) le choix était limité à « homme » ou « femme » quand il s’agit de s’identifier, les possibilités ont beaucoup évolué.

>> A lire aussi : Et si on se comportait dans la vraie vie comme sur Tinder?

Désormais, les usagers peuvent s’inscrire en tant que « homme trans », « femme trans », « transgenre »… ou plus simplement définir eux-mêmes leur genre. Ou encore décider que leur genre ne soit pas indiqué. En clair, dès que l’application vous propose de vous identifier, vous pouvez cliquer sur « more » (plus) pour éviter les catégories femme ou homme.

>> A lire aussi : Bumble, concurrent de Tinder, se lance en France: «Il faut plus de pionnières dans la tech»

37 genres supplémentaires

Dans un communiqué publié par l’entreprise ce mardi, elle fait amende honorable : « Personne ne sera jamais interdit sur Tinder en raison de son sexe. On n’a pas eu les bons outils pour servir notre communauté diversifiée dans le passé, mais cela va change dès aujourd’hui. »

Car l’application de rencontres a parfois été le lieu d’insultes et de harcèlement de personnes transgenres. Et l’entreprise ne veut pas s’arrêter en si bon chemin. Elle assure, toujours dans ce communiqué, qu’elle va mener des actions pour sensibiliser ses salariés à plus de tolérance pour « être un meilleur allié des communautés transgenres ».

>> A lire aussi : Pourquoi Facebook et Tinder veulent nous faire voter (et «swiper») sur tout et n’importe quoi

Une sensibilisation en interne

Et pour se rendre plus accessible à cette communauté, l’entreprise a suivi les conseils de GLAAD, une association américaine luttant contre les discriminations à l’encontre des personnes Lesbiennes, Gays, Bi et Trans (LGBT) dans les médias. Selon le Time, c’est cette association qui a listé 37 auto-suggestions de genre qui apparaissent quand on commence une recherche.

Interviewé par le Time, le PDG de Tinder Sean Rad explique : « nous savions que nous devions faire un changement. Parce que nous sommes engagés à faire en sorte que Tinder soit un endroit pour tout le monde. » Un bon coup de pub ?

«Swipe les primaires»: Quand Tinder propose de matcher avec les politiques